Paris Match Belgique

Retour du glouton, disparu de Belgique depuis la Préhistoire

Un baby boom exceptionnel aux Grottes de Han. | © Belga

Environnement & Animaux

Ce lundi 10 avril 2017, après deux mois passés auprès de sa mère, à l’abri des regards, le tout premier bébé glouton belge pointe enfin le bout de son museau. Issu de la famille du blaireau et de la fouine, ce prédateur venu du grand nord scandinave avait disparu de Belgique depuis la Préistoire. 

Une naissance d’autant plus réjouissante que le glouton est une espèce rare et menacée. Il fait l’objet d’un programme d’élevage européen coordonné par l’institution de Nordens Ark en Suède, qui gère la population et organise le placement des nouveaux individus dans les parcs. À l’heure actuelle, il reste environ 1 300 gloutons en Europe dont 116 animaux répartis dans 45 institutions zoologiques. En 2015, Valle, en provenance du zoo de Boras en Suède arrivait au Parc Animalier du Domaine des Grottes de Han. Au même moment, Skally le rejoignait depuis le zoo de Novosibirsk en Russie. Un couple hautement important pour la génétique de l’espèce en captivité. Un espace très vaste a été créé afin de respecter les recommandations du coordinateur et de les maintenir ensemble même lors des mises-bas tant espérées.

Lire aussi : En route pour la 24ème saison de Pairi Daiza !

Valle et Skally, les heureux parents – Belga

Gestation particulière

Car si le glouton a été retrouvé sur des peintures rupestres en Espagne et en France, ce qui laisse supposer qu’il était également présent en Belgique durant la Préhistoire, depuis, l’espèce a disparu de notre territoire et plus aucune naissance de glouton n’avait été enregistrée en Belgique. Aux Grottes de Han, il aura fallu attendre le printemps 2016 pour que le premier accouplement soit observé. Durant trois jours, les deux gloutons ont « consommé leur amour », avant de donner lieu à une reproduction assez particulière. En effet, après la fécondation, l’œuf suspend tout développement jusqu’à la fin de l’automne, on appelle cela une ovo implantation différée. La phase réelle de gestation dure alors environ quarante jours. Toute l’équipe du parc était donc préparée, lorsque le 6 février, Skally s’est terrée dans sa tanière. En fin de journée, des petits couinements sont entendus. De quoi donner lieu à une sacrée ébullition au sein du parc : combien de petits ? Skally allait-elle bien s’en occuper ?

Lire également : Tigre de Tasmanie : sur la piste mystérieuse du loup australien disparu

 

Le bébé est resté caché auprès de sa maman pendant plusieurs semaines – Belga

Une approche prudente

Les premiers mois étant ceux où les petits sont les plus vulnérables, il a été décidé de ne pas intervenir afin de laisser la femelle prendre soin de ses tout premiers jeunes, en augmentant toutefois la fréquence de distribution des rations de nourriture et la quantité distribuée. Il a fallu attendre le 16 mars pour que des membres de l’équipe du parc puissent entrer dans l’enclos et découvrire une petite femelle âgée de 5 semaines et pesant déjà 1,320 kg. Si cette femelle providentielle n’a pas encore de prénom, au sein du parc, on nous assure qu’il sera choisi « en lien avec ce que représente cette naissance pour nous mais aussi avec son caractère ». Quand elle aura atteint sa maturité, la femelle quittera le domaine pour rejoindre une autre structure du programme. Et contribuer à prolonger l’espèce ?

 

Mots-clés:
zoo glouton grottes de han
CIM Internet