Paris Match Belgique

Une gigantesque fissure inquiète au Groenland

La faille récemment photographiée par la Nasa fait plusieurs kilomètres de long. | © NASA/DMS/Gary Hoffmann

Environnement & Animaux

Des scientifiques de la Nasa ont publié des images d’une mystérieuse faille, apparue au milieu du glacier Petermann, au Groenland. Elle pourrait provoquer le détachement d’une île de glaces. 

De nouvelles photographies aériennes révèlent la présence d’une gigantesque fissure dans le glacier Petermann, au Groenland. L’opération IceBridge de la Nasa, qui a survolé le nord-ouest du territoire gelé pendant plusieurs jours, a photographié la zone après que le chercheur néerlandais Stef Lhermitte a repéré cette faille sur des images satellites.

Lire aussi : La banquise arctique est à sa surface la plus réduite

Ces premières photos montrent que la fissure se situe près du centre d’une énorme plate-forme de glace qui flotte sur le glacier, « un lieu inhabituel qui soulève des questions sur la façon dont elle s’est formée », écrit le Washington Post. En outre, cette faille n’est pas éloignée d’une autre fissure beaucoup plus large et plus grande. Si les deux cassures devaient se croiser, cela pourrait provoquer l’apparition d’une gigantesque fragmentation et le détachement d’une « île ».

En 2010, une île géante de glaces s’était formée

Ce phénomène est déjà apparu par le passé, notamment en 2010. « La semaine dernière, une couche de glace couvrant 100 miles carrés (260 km carrés) a rompu au Groenland », expliquait à cette date le président du comité spécial pour l’indépendance énergétique et le réchauffement climatique Edward J. Markey, avant d’ajouter : « Cette île géante représente quatre fois la taille de Manhattan ». C’était le plus gros détachement d’un bloc de glace depuis cinquante ans.

Lire aussi : Mike Horn, rencontre avec le survivant du Pôle Sud

Pour l’heure, les chercheurs vont étudier cette faille, qui pourrait modifier à jamais le glacier Petermann, et aussi participer à l’élévation du niveau de la mer. Selon le Cnrs, la fonte totale de l’Antarctique équivaudrait à une hausse du niveau de la mer de l’ordre de 60 mètres auxquels il faudrait ajouter la fonte du Groenland, de l’ordre de 7 mètres de plus, l’incertitude étant de plusieurs mètres.

CIM Internet