Paris Match Belgique

Donald Trump se voit comme un écologiste, et ce n’est pas une blague

Donald Trump, président des Etats-Unis, se revendique écologiste

Donald Trump, président des États-Unis climatosceptique, se revendique écologiste. | © Brendan Smialowski / AFP

Environnement & Animaux

« Je me considère, à bien des égards, comme un écologiste », déclarait hier le président américain. Pour rappel, il a officiellement retiré les États-Unis de l’accord de Paris la semaine dernière.

 

À la vue de la politique menée par le président des États-Unis, on ne dirait pas franchement que Donald Trump est un grand écologiste. Climatosceptique, critiquant ouvertement les énergies renouvelables (comme les éoliennes) et demandant « où est le réchauffement climatique ? » quand il fait froid, il a encore la semaine dernière officiellement retiré les États-Unis de l’accord de Paris visant à contenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels. Malgré tout, le président américain se revendique « écologiste » et n’a pas peur de dire « je suis vraiment à fond dans le climat » lors d’un discours à l’Economic Club de New York hier.

Lire aussi > Et si la prochaine solution écologique était de peindre son toit en blanc ?

« Vous savez, le changement climatique est un problème complexe. Je me considère, à bien des égards, comme un écologiste », a-t-il ajouté selon le Huff Post. « Croyez-le ou non, je suis celui qui a eu le plus d’impact sur l’environnement », a-t-il tenu à souligner, en faisant référence à sa carrière dans l’immobilier.

Autre élément surprenant, il n’a pas manqué de qualifier les écologistes de « loco », un mot espagnol signifiant « fou » selon The Hill. Une réflexion plutôt étonnante sachant que le président se qualifie, quelques phrases plus tard, lui-même d’écologiste.

Comme un vieux refrain

Ce n’est pourtant pas la première fois que le président fait ce genre de remarque. « Je suis un écologiste. Beaucoup de gens ne comprennent pas ça. J’ai fait plus d’études d’impact sur l’environnement probablement que n’importe qui. Je pense que je peux le dire sans aucun doute, parce que j’en ai fait beaucoup, beaucoup, beaucoup. Plus que n’importe quel autre président, ou vice-président, ou quiconque à ce niveau de responsabilité », se vantait-il déjà le 26 août dernier au sommet du G7 à Biarritz. Dans son discours, le président ne manquait pas de ponctuer par un « et je pense que j’en sais plus sur l’environnement que la plupart des gens ».

Le 20 septembre 2018, lors d’un meeting, le président américain assurait également : « Nous [les Américains] avons l’air le plus pur de la planète, nous avons aussi l’eau la plus propre. Retenez bien ça : je suis écologiste ».

Selon la jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg, la position extrême de Trump ne serait pas sans effet sur l’environnement, et a sans doute contribué à la cause qu’elle défend. « Il est tellement extrême, et dit des choses si extrêmes, que les gens se sont réveillés d’une certaine façon », a-t-elle précisé auprès de l’AFP. « Quand il a été élu, je me suis dit que les gens allaient enfin se réveiller. Peut-être qu’il aide. »

Lire aussi > Avec Greta, 16 ans, la jeunesse se révolte pour le climat

CIM Internet