Paris Match Belgique

Pourquoi les pigeons perdent leurs pattes à cause de nos cheveux

Les pigeons estropiés ne sont pas forcément malades, la pollution desgrandes villes serait en réalité en cause.

Les pigeons estropiés que vous observez en rue ne sont pas forcément malades. | © Unsplash / Daniil Lebedev

Environnement & Animaux

Ce sont les volatiles les plus mal aimés des grandes villes. Pourtant, ils se révèlent être un indicateur intéressant de la pollution ambiante.

 

Vous est-il déjà arrivé de croiser un pigeon estropié en rue et de vous demander s’il était malade ? Ses doigts en moins ne sont en réalité pas le résultat d’une maladie ou d’une bagarre, mais d’une cause un peu moins évidente… vos cheveux. Leurs amputations disgracieuses contribuent à renforcer leur mauvaise réputation, pourtant, les pigeons sont un marqueur frappant de l’état de la pollution des grandes villes comme Paris ou Bruxelles.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by The Daily Pigeonlover🕊💕 (@pigeons_of_wurzi) on

C’est en tout cas que ce révèle une étude publiée cette semaine dans la revue Biological Conservation. Celle-ci a été réalisée par une équipe de chercheurs français du Muséum national d’Histoire naturelle et de l’université Lyon 1. Ils ont passé au crible des centaines de pigeons sur quarante-six sites à Paris. Résultat, ce sont les hommes qui sont en majeure partie responsables de ces mutilations. Ils ont en effet décelé une corrélation importante entre pollution, démographie et les dégâts aux pattes de ces oiseaux.

Lire aussi > Le pigeon le plus cher du monde est belge

Plus le quartier serait densément peuplé et pollué (pollution de l’air, bruit,…), plus les pigeons seraient estropiés. Mais ce serait surtout dans les quartiers où pousserait un grand nombre de coiffeurs que les oiseaux seraient le moins en sécurité. En effet, les cheveux coupés jetés dans les poubelles ou dans la rue représenteraient une menace féroce pour nos petits volatiles.

« Lorsque les pigeons marchent au sol, des cheveux ou des fils s’enroulent autour de leurs extrémités et finissent par faire un garrot sur le doigt qui se nécrose et tombe« , explique le Muséum.

Il souligne également qu’une meilleure gestion de nos déchets pourrait « limiter les souffrances imposées à la faune des villes« . L’état des pattes des pigeons est donc l’un des indicateurs d’un certain type de pollution. Mais il est aussi possible de s’appuyer sur leurs plumes ou leurs doigts pour détecter des traces de métaux, par exemple.

Une start-up française avait d’ailleurs lancé en 2016 une « Pigeon Air Patrol », des pigeons équipés de petits sacs à dos pour mesurer la pollution atmosphérique à Londres.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by UPgrade (@future.here) on

CIM Internet