Paris Match Belgique

Les chutes Victoria sont-elles vraiment à sec ?

Chutes Victoria

L'image est inquiétante, mais elle ne serait plus d'actualité. | © ZINYANGE AUNTONY / AFP

Environnement & Animaux

Selon plusieurs médias, les chutes Victoria sont pratiquement à sec. Sur les réseaux sociaux, les locaux crient à la « fake news ».

L’image est saisissante. Des célèbres chutes Victoria, il ne reste qu’un gros filet d’eau. En cause ? Une terrible sécheresse touche l’Afrique australe depuis six mois, probablement la pire qu’ait connue la région depuis 1983. Lieu incontournable pour les touristes, les chutes situées à la frontière entre le Zimbabwe et la Zambie semblent pratiquement à sec. C’est en tout cas ce que montrent les reportages de plusieurs médias, dont Reuters et Sky News. Ce dernier prétend même que cette merveille de la nature « risque de disparaître ».

Classées au patrimoine de l’UNESCO, les chutes Victoria s’étendent 1 700 mètres de largeur et jusqu’à 108 mètres de hauteur. Chaque année, le niveau d’eau diminue durant la saison sèche. Mais selon certains locaux, rencontrés par Reuters, cette année est « exceptionnelle ». « L’année dernière, on avait quand même plus d’eau pendant la saison sèche. Cela n’a jamais atteint une telle ampleur. C’est la première fois que je les vois comme ça », compare un vendeur artisanal. La RTBF souligne tout de même que le record du plus bas niveau enregistré en 1995 n’a pas encore été battu. Selon la station des relevés hydromètriques du Zambèze, le niveau du fleuve qui alimente les chutes Victoria est toujours très bas durant les mois de septembre, octobre et novembre.

Lire aussi > Voici les sept nouvelles merveilles de la nature

Pour le président de la Zambie, cet assèchement est « un rappel brutal de ce que le changement climatique fait à notre environnement ». « Il ne fait aucun doute que les pays en développement comme Zambie sont les plus touchés par le changement climatique et les moins à même d’en supporter les conséquences », avait-il déclaré sur Twitter, le 1er octobre dernier, publiant des photos des chutes Victoria.

#VictoriaFallsIsNotDry

Deux mois après le message du président zambien, les médias occidentaux ont repris l’information, dorénavant trompeuse, selon les locaux. Face à l’emballement médiatique, les habitants de la région ont voulu mettre les choses au clair : les chutes Victoria ne sont pas à sec. Elles sont « aussi majestueuses que d’habitude », affirme une internaute, vidéo à l’appui. « Le niveau d’eau est remonté parce que la saison sèche arrive à sa fin ».

Following on from my post yesterday, I went to the Victoria Falls this morning to get a few images and videos… #VictoriaFalls #Zimbabwe #UNESCOWorldHeritagSite #WonderOfTheWorld

Publiée par Shelley Cox sur Jeudi 28 novembre 2019

Accusés d’alarmisme et de sensationnalisme, les reportages des médias occidentaux ne sont pas sans conséquences sur cette région qui vit des recettes du tourisme et principalement de l’afflux de visiteurs du monde entier pour les chutes Victoria. Selon plusieurs guides inquiets, de nombreux touristes veulent annuler leurs vacances. Pour inverser la tendance, le hashtag #VictoriaFallsIsNotDry est apparu sur les réseaux sociaux.

Lire aussi > Au Zimbabwe, le tourisme reprend des couleurs après la chute de Mugabe

Mais l’intérêt économique ne doit tout de même prendre le dessus sur l’écologie. Dans cette région d’Afrique australe, le changement climatique a bien un effet : il causerait un retard de la mousson, selon Richard Beilfuss, qui dirige l’ONG de défense de l’environnement International Crane Foundation, cité par la RTBF. Concentrées sur des moments plus courts, les fortes pluies « sont plus difficiles à stocker, ce qui cause une saison sèche plus longue et difficile ».

CIM Internet