Paris Match Belgique

Sydney et l’Est de l’Australie asphyxiés par la fumée toxique des incendies

Le pont de Sydney caché par un nuage de fumée toxique

Le pont de Sydney n'est même plus visible. | © DAVID GRAY / AFP

Environnement & Animaux

Alors qu’un nouvel épisode de fumées dégagées par les feux de forêt gagnait Sydney mardi, des mesures de qualité de l’air douze fois supérieures au seuil de dangerosité ont été enregistrées dans la première ville d’Australie.

L’Est de l’Australie et notamment Sydney étaient recouverts mardi d’un brouillard de fumées toxiques dégagé par les feux de forêts qui pourraient s’intensifier en raison de conditions météorologiques « extrêmes ». Cette  journée avait été annoncée comme critique pour Sydney et sa périphérie sur la côte est de l’Australie, en raison des dégagements de fumée toxiques de feux de forêts, les plus proches à moins de 100km de la ville, exacerbés par des températures élevées et des vents forts.

Dès l’aube, la ville de 5 millions d’habitants a été recouverte d’un nouveau voile de fumée, plus épais encore que les épisodes précédents auxquels la métropole devient coutumière depuis le mois de novembre. Les relevés de la qualité de l’air ont partout dépassé le seuil le plus dangereux, certains niveaux étaient même jusqu’à douze fois supérieurs à celui-ci.

Lire aussi > Bienvenue au Koala Hospital, le centre qui sauve les koalas des flammes en Australie

Le docteur Richard Broome au sein du ministère de la Santé de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud a affirmé que Sydney connaissait « une des pires qualités de l’air jamais constatée ». « La fumée est très mauvaise aujourd’hui. Nous prions les gens de prendre cela au sérieux ». De nombreuses ambulances ont été sollicitées en cours de journée.

Un pompier en Australie
Un pompier travaillant dans des conditions dangereuses en Australie. © Saeed KHAN / AFP

« C’est le pire qu’on ait eu, c’est sûr », a affirmé à l’AFP Bruce Baker, 82 ans, un habitant de Gosford, au nord de Sydney, qui a exceptionnellement renoncé à sa promenade matinale en raison de cette pollution. « Ça assèche la gorge. Sans être asthmatique, on le ressent ». Des vents forts et des températures élevées sont attendus mardi, des conditions météorologiques « extrêmes » susceptibles « d’attiser les braises » et de déclencher ainsi des incendies dans les banlieues, menaçant ainsi des habitations.

Alarmes incendies déclenchées

La visibilité dans la ville était à ce point dégradée que de nombreux hauts buildings du centre ville, dont l’Opéra de Sydney, étaient partiellement visibles à distance. Par conséquents, les ferries réservant les rives de la ville ont dû être supprimés.

Lire aussi > En Australie, l’angoisse des habitants piégés par les flammes

Dans plusieurs bâtiments, dont sur des campus et entreprises, des alarmes incendies ont été déclenchées tant les fumées étaient épaisses, contraignant à des évacuations. En milieu de matinée, plusieurs centaines d’ouvriers travaillant en extérieur ont cessé de travailler, rapportent encore les médias australiens.

Les nuages de fumées qui sont constatés le long de la côté est de l’Australie proviennent d’une centaines de vastes feux de forêt qui embrasent depuis plusieurs semaines une large portion de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud (sud est). L’Etat voisin du Queensland en constate aussi des dizaines. La saison des bushfires est exacerbée par les conditions extrêmes que connait la Nouvelle-Galles du Sud où sévit la sécheresse sur plus de 90% du territoire.

Des incendies en Australie
Des incendies à 100 kilmoètres au nord de Sydney. © SAEED KHAN / AFP

Politique pertinente

Au nord-ouest de Sydney, des incendies de forêts, qui brûlent depuis plusieurs semaines, ont fusionné en un seul et unique « mégafeu » qui a déjà détruit 319 000 hectares de terres, principalement dans des parcs nationaux. Le Premier ministre Scott Morrison, qui n’a fait aucune déclaration concernant cette fumée toxique qui recouvre certaines parties du pays depuis des semaines, a défendu la manière dont son gouvernement gère ces incendies. Il a par ailleurs déclaré ne pas envisager de professionnaliser davantage le corps des pompiers qui, en milieu rural, est essentiellement constitué de bénévoles.

« Notre politique est pertinente lorsqu’il s’agit de s’attaquer au changement climatique et d’agir en conséquence. Nos actions en matière de changement climatique donnent les résultats escomptés », a-t-il déclaré. Le gouvernement conservateur de Scott Morrison, ardent défenseur de la très puissante et lucrative industrie minière australienne, est notamment accusé par d’ex-chefs des pompiers de ne pas avoir tenu compte de leurs mises en garde concernant le réchauffement climatique. Depuis fin septembre, six personnes ont perdu la vie dans ces incendies hors normes qui ont aussi déjà brûlés ou endommagés plus de 1 000 habitations.

Avec Belga

CIM Internet