Paris Match Belgique

La Nasa dévoile 48 ans de fonte des glaciers dans un time-lapse hallucinant

nasa alaska fonte des glaces

Image d'illustration. | © Unsplash.

Environnement & Animaux

Des images satellites qui apportent une enième preuve de la disparition progressive des glaces. 

La fonte des glaciers est un événement connu des scientifiques depuis des années. C’est aussi un excellent baromètre pour mesurer l’impact du réchauffement climatique sur notre planète. Et parce qu’une imagevaut mille mots, des glaciologues ont compilé des photos prises par des satellites qui surveillent la Terre depuis 1972 et ont créé une vidéo témoignant du phénomène.

Lire aussi > En Antarctique, la fonte des glaces est plus rapide que jamais

Publiée par le Goddard Space Flight Center (GSFC), le principal centre de recherche scientifique de la Nasa, la vidéo montre comment les glaciers et calottes glaciaires situées en Alaska (États-Unis) et au Yukon (nord-ouest du Canada) reculent de plus en plus vite au fil des décennies. « Comparativement à 1972, quand nous n’avions que quelques images […], nous avons aujourd’hui des données qui nous permettent de mesurer la vitesse de fonte des glaciers et l’accélération de ce phénomène« , souligne le glaciologue Mark Fahnestock de l’Université Fairbanks d’Alaska, qui a réalisé la vidéo.

Des brèches alarmantes

Si certains glaciers ou calottes ont connu une augmentation de leur surface pendant cette période, la grande majorité a rétréci de manière alarmante. Une preuve de plus, s’il en fallait, des ravages causés par le changement climatique.

Le premier glacier vu dans ce timelapse, nommé Columbia, se portait très bien lors des premières captations en 1972. Puis, dès les années 1980, on peut le voir reculer toujours plus rapidement. En 2019, il a reculé de plus de 20 kilomètres par rapport à 1972.

Le glacier Hubbard a lui plutôt tendance à légèrement avancer… mais une image de 2019 montre qu’il vient de se briser. « Cette brèche est le premier signe de faiblesse du glacier Hubbard en près de 50 ans », confirme la Nasa dans un communiqué. Or, une brèche est le signe du début de la fin. Avant que le glacier Columbia se mette à fondre drastiquement sur 20 km, il a lui aussi subi des brisures similaires.

Lire aussi > L’incroyable photo d’un scientifique sur un fjord gelé du Groenland

En janvier dernier, une nouvelle étude révélait qu’entre 1979 et 1990, l’Antarctique perdait en moyenne 40 milliards de tonnes de masse glaciaire par an… contre 252 milliards de tonnes aujourd’hui. Comme le rappelait France Info, si l’Antarctique venait à fondre complètement, sa disparition pourrait causer une élévation de 57 mètres du niveau des mers. Et provoquer l’inondation de nombreuses villes côtières abritant des millions de personnes. De quoi inciter à porter une « attention accrue » à la fonte des glaces un peu partout sur la planète.

CIM Internet