Paris Match Belgique

L’explorateur Mike Horn affiche pour la première fois son visage abîmé et ses séquelles psychologiques

Mike Horn a dévoilé son visage abîmé dans un discours touchant

Alors que l'explorateur Mike Horn vient d'être secouru de son expédition à skis de l'océan Arctique, il s'est exprimé sur les bouleversements climatiques qui ont bouleversé sa traversée en publiant une photo sur son compte Instagram.  | © BELGA IMAGES / MAXPPP

Environnement & Animaux

L’explorateur Mike Horn s’est exprimé sur sa dangereuse expérience en publiant une photo édifiante accompagné d’un discours sur son compte Instagram.

 

Le visage groggy, la barbe dense et le nez brûlé par le froid, Mike Horn s’est exprimé sur son compte Instagram. Il y relate à la fois ses séquelles psychologiques mais aussi les valeurs qu’il gardera à vie de son expérience. Ayant supporté des températures allant de − 2 °C à − 45 °C, il a finalement été secouru le 8 décembre dernier et a rejoint le bâteau Le Lance où il loge désormais en sécurité.

Lire aussi > L’émotion de la fille de Mike Horn en apprenant que son père a été retrouvé par les sauveteurs

« Mise à jour n°47: Bien que mon corps soit à bord du Lance, de retour dans un environnement sûr et sécurisé, mon esprit est toujours sur la glace errant autour des glaciers flottants, de l’eau libre, des crêtes de pression et de l’obscurité, essayant constamment de comprendre que c’est bientôt fini et qu’il est maintenant temps de rentrer à la maison. »

Comme un zombie sans but

« Je ne dors pas aussi bien que je l’ai fait sur la glace à cause du manque de fatigue. Mais je me sens toujours vidé et j’ai tendance à me promener comme un zombie sans but. Cette expédition nous a tellement pris et même si je guéris vite, je sais qu’il faudra un certain temps pour me retrouver. @BorgeOusland et moi avons poussé nos limites bien au-delà de ce que nous pouvions imaginer. »

 

 

View this post on Instagram

 

Expedition Update 47: Although my body is onboard Lance, back in a safe and secure environment, my mind is still on the ice wandering around the ice floes, open water, pressure ridges and darkness, in a constant state of trying to understand that it’s nearly all done and soon time to return back home. I’m not sleeping as well as I did on the ice due to the lack of fatigue. But I still feel drained and have a tendency to walk around like a zombie with no purpose. This expedition has taken so much from us and even though I heal fast, I know it will take a while to get myself together again. Both @BorgeOusland and I have pushed our limitations far beyond what we could ever imagine. I feel very privileged to have received all your words of encouragement. It was your support and energy that carried Borge and I to the end. Thanks to my team, family and friends for all the sleepless nights of worries and work invested in this project. You have done the hard miles and I the easy ones. It’s not over yet though, we have been stuck in the ice for 4 days now and hope for the ice to release its grip on us so we can get back on Pangaea and sail back home. It has been a battle from the start, until the very end, but I would not want it any other way. What I have lived through and experienced has added value to my life, the only value I need to exist, value I can never lose, value that lives inside myself and that I can carry with me for the rest of my life.

A post shared by Mike Horn (@mikehornexplorer) on

« Je me sens extrêmement privilégié d’avoir reçu toutes vos paroles d’encouragement. C’est votre soutien et votre énergie qui ont permis à Borge et moi d’aller jusqu’au bout. Merci à mon équipe, à ma famille et mes amis pour toutes les nuits blanches d’inquiétude et le travail investi dans ce projet. Vous avez fait les kilomètres les plus durs et moi les plus faciles.

Lire aussi > L’aventurier Mike Horn dévoile son impressionnante perte de poids, l’opération sauvetage lancée

Ce n’est pas encore fini cependant, nous sommes coincés dans la glace depuis 4 jours maintenant et espérons qu’elle libérera son emprise sur nous afin que nous puissions revenir sur Pangea et retourner à la maison. Ce fut une bataille du début jusqu’à la fin, mais je n’aurais pas voulu qu’il en soit autrement. »

L’expérience que j’ai vécu a ajouté de la valeur à ma vie, la seule valeur dont j’ai besoin pour exister, une valeur que je ne pourrai jamais perdre, une valeur qui vit en moi et que je peux porter avec moi pour le reste de ma vie.

Le réchauffement climatique en cause

Ironie du sort, les deux explorateurs qui étaient venus constater les dégâts du réchauffement climatique en ont finalement été les premières victimes. Si leur aventure avait failli tourner au drame, c’est en raison de températures plus élevées que la normale, qui avaient menacé la banquise de rompre sous leurs pieds. Mike Horn était d’ailleurs tombé à plusieurs reprises dans l’eau glacée.

 

CIM Internet