Paris Match Belgique

Un plan mondial dévoile des propositions pour sauver la biodiversité d’ici 2030

Un plan mondial dévoile des propositions pour sauver la biodiversité d'ici 2030

Pour les associations, le texte reste tout de même "mince". | © Unsplash / Keghan Crossland

Environnement & Animaux

La Convention pour la biodiversité biologique (CBD) propose de protéger au moins 30% de la planète d’ici 2030 pour lutter contre la dégradation accélérée de la nature, selon la première mouture d’un texte dévoilé ce lundi.

 

La 15e réunion de la Convention de l’ONU sur la diversité biologique (COP15) se tiendra à Kunming, en Chine, en octobre 2020. Cette réunion, jugée cruciale, doit définir une feuille de route, pour les 200 membres de la convention, pour mieux protéger les écosystèmes au cours de la décennie. L’objectif est de vivre « en harmonie avec la nature » d’ici 2050, rappelle la CBD.

Lire aussi > « Le rythme d’érosion de la biodiversité s’accélère »

L’ébauche de texte, qui sera négociée lors la COP15, prévoit notamment de « protéger les sites d’importance particulière pour la biodiversité au moyen d’aires protégées et d’autres mesures efficaces de conservation par zone » couvrant « au moins 30 % des zones terrestres et marines avec au moins 10 % sous stricte protection » d’ici 2030, ces pourcentages étant à négocier. Aleksandar Rankovic, expert à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), y voit « une proposition ambitieuse ».

Des ONG regroupées dans la coalition Campaign for nature s’inquiètent toutefois de l’absence de mention portant sur « l’efficacité de la gestion » de tels espaces.

Lire aussi > L’activité humaine menacerait jusqu’à un million d’espèces animales dans les prochaines décennies

« Réduire d’au moins 50 % la pollution »

Une autre mesure vise à « réduire d’au moins 50 % la pollution causée par l’excès d’éléments nutritifs, les biocides, les déchets plastique et autres sources de pollution » d’ici la fin de la décennie.

Le texte reprend des conclusions des experts biodiversité de l’ONU (IPBES). Dans un vaste rapport publié en mai, ils soulignaient le rôle de l’agriculture, la déforestation, la pêche, la chasse, le changement climatique, les pollutions et les espèces invasives, dans la dégradation accélérée de la nature.

La CBD souligne aussi l’importance des solutions basées sur la nature pour atteindre les objectifs de Paris pour réduire le réchauffement climatique. Cette première mouture constitue « un grand pas » dans la définition d’objectifs pour protéger la biodiversité, mais le texte est « mince » en ce qui concerne leur mise en œuvre et les moyens déployés, a estimé Li Shuo, de Greenpeace International.

Lire aussi > Oui, la terre reverdit. Mais non, ce n’est pas qu’une bonne nouvelle

La COP15 devrait aussi acter l’échec des « objectifs d’Aichi », définis en 2010. Ils visaient, entre autres, à mieux prendre en compte la biodiversité dans les stratégies nationales, à étendre les aires de conservation terrestres et aquatiques, à prévenir l’extinction des espèces menacées ou encore à éviter la surpêche et à gérer les surfaces agricoles de manière durable d’ici 2020. La plupart n’ont pas été atteints.

Avec Belga

CIM Internet