Paris Match Belgique

Nos océans, plus chauds (et dévastés) que jamais

les océans sont plus chauds que jamais

Le réchauffement des océans a un gros impact sur la biodiversité qu'ili contient. | © Olga Tsai/Unsplash

Environnement & Animaux

2019 a été l’année la plus chaude pour les océans.

 

L’Australie brûle, les glaciers fondent et l’Everest se verdit. En l’espace de quelques mois, les preuves d’un réchauffement climatique se sont multipliées. L’année 2016 a été la plus chaude jamais enregistrée depuis les années 1950 et 2019 vient établir un autre triste record : les eaux des océans n’ont jamais été aussi chaude depuis qu’on possède des données chiffrées. Et c’est principalement dû au réchauffement climatique qui ne cesse de s’empirer et aux températures de l’air toujours plus chaudes.

Lire aussi > Première réussite pour le jeune inventeur qui veut nettoyer les océans

Une étude publiée dans la revue Advances In Atmospheric Sciences, et repérée par The Independent dresse l’état des lieux de la situation. « Les gaz à effet de serre émis par l’homme ont entraîné un réchauffement à long terme et sans équivoque de la planète (d’après le rapport du Giec en 2019, NdlR). Plus de 90% de la chaleur excédentaire est stockée dans les océans du monde, où elle s’accumule et provoque une augmentation de leur température », note la publication d’entrée de jeu.

« Le réchauffement des océans est irréfutable, et une mesure clé du déséquilibre énergétique de la Terre : les gaz à effet de serre en excès dans l’air piègent plus de chaleur et entraînent le réchauffement climatique. Plus de 90% de la chaleur s’accumule dans l’océan en raison de sa grande capacité calorifique, et le réchauffement restant se manifeste par une augmentation de la température atmosphérique, un assèchement et un réchauffement de la masse terrestre et la fonte des glaces terrestres et marines », précise l’étude menée par Lijing Cheng, l’auteur principal.

L’explication des phénomènes sur terre

Pour tirer ces conclusions, les scientifiques se sont basés sur les chiffres déjà disponibles ainsi que sur les données de 3 800 bouées océaniques disposées à travers les océans et les mers du globe. Leur nouvelle méthode d’analyse à permis de confirmer les tendances déjà dessinées ces dernières années et de confirmer que ces cinq dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. « Si vous voulez comprendre le réchauffement climatique, vous devez mesurer le réchauffement des océans », explique John Abraham, le co-auteur de l’étude à The Independent.

Lire aussi > Réchauffement climatique : Qui sème le CO2 récolte la tempête

« Les océans peuvent sembler loin de beaucoup de gens mais ils sont liés à tout le monde : ils couvrent 71% de la surface de la Terre et contiennent ~ 97% de l’eau sur notre planète. C’est un élément clé du système climatique (avec l’atmosphère, la terre et la cryosphère) dont nous dépendons », soutient encore Lijing Cheng. La biodiversité est menacée et, avec elle, l’économie qui tourne autour.

réchauffement des océans conséquences
Le réchauffement des océans a des conséquences aussi sur terre. ©Capture d’écran Twitter/@Lijing_Cheng

« La chaleur croissante augmente l’évaporation, et l’humidité supplémentaire dans l’atmosphère plus chaude nourrit de fortes pluies et favorise les inondations, conduisant à des conditions météorologiques plus extrêmes (en particulier les ouragans et les typhons). C’est l’une des raisons principales pour lesquelles la Terre a connu une augmentation des incendies catastrophiques en Amazonie, en Californie et en Australie en 2019 », explique encore la recherche. Même si l’humanité parvient à maintenir l’augmentation de la température en dessous des 2°C, les océans, eux, continueront à être menacé. Il faut donc ralentir le plus vite possible les émissions de gaz à effets de serre et adapter notre manière de fonctionner.

CIM Internet