Paris Match Belgique

À Davos, Greta Thunberg répond aux « haters » avec des chiffres implacables [VIDÉO]

greta thunberg davos

Greta Thunberg lors d'une conférence organisée ce mardi par le magazine Time, à Davos (Suisse). | © Fabrice COFFRINI / AFP.

Environnement & Animaux

La jeune militante explique qu’elle « continuera à répéter les chiffres » jusqu’à ce que les médias et décideurs politiques écoutent enfin.

Greta Thunberg n’a pas attendu bien longtemps pour clouer l’assistance de Davos. Lors d’un talk organisé par le magazine Time, la figure de proue du mouvement climatique a une nouvelle fois demandé aux leaders présents, mais aussi aux médias et aux décideurs politiques, d’écouter la science.

Lire aussi > Le père de Greta Thunberg se confie comme rarement sur la dépression de sa fille [VIDÉO]

S’exprimant devant un panel de jeunes écologistes, la jeune fille, après avoir lâché un brillant « Il y a des choses bien plus importantes à dire que de raconter la façon dont je gère les haters », a rappelé que l’augmentation de la température mondiale ne pourrait pas être maintenue en dessous de 1,5°C si le monde continuait à utiliser son budget carbone limité à son rythme actuel.

Des chiffres plutôt que des grandes phrases

« Le climat et l’environnement sont un sujet d’actualité aujourd’hui », mais « en pratique, rien n’a été fait »« les émissions de CO2 n’ont pas diminué », a-t-elle déclaré.

« Si on veut avoir 67 % de chances de limiter l’augmentation moyenne de la température globale de la Terre sous les 1,5 degré, il nous restait, au 1er janvier 2018, 420 gigatonnes de CO2 à émettre. Évidemment, ce nombre est bien plus bas aujourd’hui, étant donné que nous émettons quelque 42 gigatonnes de CO2 chaque année. Avec les émissions actuelles, le budget CO2 qu’il nous reste sera épuisé d’ici huit ans », a martelé la Suédoise en reprenant les chiffres du rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).

Éviter l’apocalypse climatique

Ce n’est pourtant pas faute de recevoir l’attention médiatique, a-t-elle estimé. « Je ne peux pas me plaindre de ne pas être écoutée. On m’écoute tout le temps », a dit la militante, devenue égérie mondiale de la mobilisation des jeunes pour le climat.

Les dirigeants mondiaux seront-ils à son écoute ? Invitée à Davos pour la deuxième année consécutive, la militante de 17 ans s’exprimera une nouvelle fois cet après-midi après le président américain Donald Trump lors d’une table ronde et ouvrira une session au titre sans équivoque « Éviter l’apocalypse climatique ».

Lire aussi > Greta Thunberg, « personnalité de l’année » selon Time

Dans une récente enquête du cabinet PwC auprès de presque 1 600 patrons, la crise climatique ne figurait même pas parmi les 10 principales menaces pour l’économie mondiale pour 2020, n’apparaissant qu’en 11e position.

Mots-clés:
Greta Thunberg
CIM Internet