Paris Match Belgique

L’eau de mer, la boisson de demain ?

un bâteau transforme l'eau de la mer pour la boire

L'eau n'a pas un goût salé. | © Matt Hardy/Unsplash

Environnement & Animaux

Un bateau français parcours les mers pour purifier l’eau salée.

 

C’est un véritable mastodonte qui vogue actuellement sur les eaux françaises, au large de Marseille. Odeep One, ce navire français qui a pour ambition de produire de l’eau potable à partir de l’eau de mer dessalée. Dimanche, il a officiellement produit sa première bouteille, rapporte Le Figaro qui affirme que le goût n’est en rien altéré par la provenance saline du breuvage.

Lire aussi > Le Manneken Pis ne pissera plus des litres d’eau potable (et il était temps)

C’est le capitaine Régis Revilliod qui est derrière l’idée. Il a mis au point un projet inédit consistant à pomper l’eau de mer, la traiter et l’embouteiller une fois qu’elle est devenue buvable et, ce, au sein d’un seul navire polyvalent. En 2017, le bateau Little Odeep prend vie grâce à des financements privés. L’équipe y teste le procédé industriel, les installations et procède également à des tests sanitaires. Les toutes premières bouteilles sortent des machines et sont proposées à la vente. Cette expérience « qui servait au départ de support à notre recherche, nous a en plus permis de faire du chiffre d’affaires rapidement », confie-t-il au Figaro.

La société qui a créé le concept, OFW Ships (pour Ocean Fresh Water) a acheté en 2018 son premier navire usine de grande taille. Un ancien ferry de transport de train soviétique. Rien que ça. Il est repensé, aménagé et transformé pour accueillir depuis 2019 tout le matériel nécessaire au pompage, la filtration et la transformation de l’eau de mer, ainsi qu’à l’embouteillage de l’eau devenue potable.

Lire aussi > « Le voyage des tortues » : Le court-métrage bouleversant sur la santé des océans par les créateurs de Wallace & Gromit

Concrètement, il faut puiser l’eau à une profondeur de 300 mètres pour y trouver un liquide dépourvu de bactérie (qui ne peuvent pas se développer dans l’obscurité) mais encore riche en minéraux. En filtrant cette eau dont la température avoisine les 6°C, le navire en profite également pour tirer avantage de sa froideur et climatiser le bâtiment. La méthode utilisée pour rendre l’eau potable reste secrète mais elle fait l’objet d’un filtrage sélectif et non d’une dessalinisation qui pollue en rejettant de la saumure, explique le capitaine au quotidien français. Les résidus de sel, eux, sont en partie rejetés dans la mer et en partie convoités par les chefs de grands restaurants.

Pour le moment, la boisson est commercialisée en France et en Chine et d’autres bateaux seront prochainement affrétés pour multiplier la production de cette usine mobile.

CIM Internet