Paris Match Belgique

Pourquoi Néandertal n’était vraiment pas si éloigné que ça de l’homme moderne

neandertal espece humaine

Un crâne de Néandertal. | © ELISE CHIARI / LA VOIX DU NORD.

Environnement & Animaux

Les Néandertaliens profitaient d’un régime mi-Terre mi-mer dont on ne se doutait pas.

 

Le comportement alimentaire des Néandertaliens n’était peut-être pas si éloigné que ça de celui des humains modernes. En effet, une étude parue dans Science dévoile qu’il y a 106 000 à 86 000 ans, les Néandertaliens exploitaient autant les ressources marines qu’Homo sapiens à partir de -160 000 ans.

Lire aussi > Le secret infaillible de l’homme de Néandertal pour pêcher

Pour cela, les chercheurs ont retrouvé des restes alimentaires dans la grotte Figueira Brava sur la côte atlantique du Portugal. Des restes d’animaux terrestres, mais aussi de mollusques, de crabes, de poissons, d’oiseaux marins, de dauphins et de phoques. Ils estiment que ces individus se nourrissaient à 50 % d’aliments marins et à 50 % de ressources terrestres. Un régime mi-terre mi-mer qui n’avait auparavant jamais été découvert chez des Néandertaliens d’Europe.

Un système de subsistance très stable

D’après les chercheurs, une alimentation aquatique conduirait à un apport accru en acides gras, « qui favorisent le développement du cerveau », et qui mènerait à « l’acquisition de la modernité dans la cognition et le comportement ». Un scénario qui n’aurait donc pas été exclusif à l’Homo sapiens.

Lire aussi > Pourquoi l’homme de Néandertal avait-il un gros nez ?

Par ailleurs, les fouilles de la grotte Figueira Brava ont révélé des traces de pignons de pin. Loin d’être anecdotique, cette trouvaille montrerait une adaptation des Néandertaliens réussie sur le long terme, puisqu’il s’agit d’un élément supplémentaire mettant en évidence la stabilité de leur système de subsistance. Les reliques de pignons de pin trouvées seraient représentatives d’une consommation différée de noix tout au long de l’année, grâce au stockage des récoltes saisonnières. Dès lors, les auteurs de l’étude remettent en question l’écart de comportement entre Homo sapiens et Homo neanderthalensis.

CIM Internet