Paris Match Belgique

Vidée de ses touristes, l’Australie en profite pour planter des coraux

Vidée de ses touristes, l'Australie en profite pour planter des coraux

L'absence de touristes fait du bien à la nature. | © Unplash / Francesco Ungaro

Environnement & Animaux

La Grande Barrière de corail est menacée par le réchauffement climatique, et pourrait disparaitre d’ici 80 ans.

On l’a constaté un peu partout dans le monde : quand les touristes ne sont pas là, la nature reprend ses droits. En Australie, des plongeurs mettent ce temps à profit pour tenter de sauver la Grande Barrière de corail.

Lire aussi > Les coraux pourraient totalement disparaître d’ici 2100

Le pays a encore dégradé les perspectives pour la Grande Barrière de corail, les considérant désormais comme « très mauvaises » en raison des effets de plus en plus graves du réchauffement climatique sur cet écosystème unique. Dans son rapport quinquennal, l’Autorité du parc marin de la Grande Barrière de corail cite l’élévation de la température de l’océan comme la plus grave menace pour ce site classé au Patrimoine mondial. « Les graves conséquences des températures record à la surface de l’eau font que l’état de l’habitat du récif est passé de mauvais à très mauvais », précise l’Autorité, qui est une agence gouvernementale.

Planter des coraux pour essayer de sauver la Grande Barrière

Alors que les touristes ont déserté la zone, une entreprise de tourisme de plongée s’occupe en tentant de régénérer la Grande Barrière. Son CEO, Scott Garden, a annoncé que la société d’écotourisme avait fait don d’un catamaran multicoque perfectionné, le Passions III. Elle met également à disposition du Coral Nurture Program du carburant et des bénévoles. Ceux-ci vont planter des coraux sur la Grande Barrière au large de la côte australienne, pour tenter de contribuer à sa régénération.

Vidée de ses touristes, l'Australie en profite pour planter des coraux
Le blanchissement des coraux est provoqué par la hausse de la température de l’eau, © Belga Image / Kyodo / MAXPPP

Les températures exceptionnellement élevées enregistrées en 2015-16 ont entraîné un épisode de blanchissement sans précédent des coraux de la Grande Barrière. Ils en sont désormais plus vulnérables aux maladies. Le blanchissement est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration des coraux. Il est provoqué par la hausse de la température de l’eau, qui entraîne l’expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur et ses nutriments.

Lire aussi > Cet Australien a inventé un robot pour sauver le corail

S’ils ne disposent pas de suffisamment de temps pour se rétablir (une ou plusieurs décennies), les coraux peuvent mourir. « Les chances que la Grande Barrière retrouve son état antérieur aux épisodes de blanchissement sont faibles vu l’étendue des dégâts survenus en 2016. Il faut également tenir compte de la probabilité qu’un quatrième épisode ait lieu durant les dix ou 20 prochaines années, vu que la température mondiale continue à augmenter », préviennent les chercheurs.

Avec Belga

CIM Internet