Paris Match Belgique

Lorsqu’elles sont affamées, les abeilles volent la nourriture dans les autres ruches

Lorsqu'elles sont affamées, les abeilles volent la nourriture dans les autres ruches

En période de pénurie, les abeilles parcourent de plus grandes distances pour pouvoir butiner. | © Pixabay / PollyDot

Environnement & Animaux

La moitié des abeilles d’une colonie peuvent même rester pour « défendre » leur ruche.

 

Véritable pilier de la biodiversité, les abeilles sont menacées depuis quelques années. À cause de l’activité humaine, ces petits insectes ont de plus en plus de difficultés à se nourrir. En butinant, les abeilles aident les plantes à se reproduire. En échange, l’abeille relève le sucre et les nutriments de la plante et les ramène ensuite dans sa ruche. À cause de l’urbanisation et des pesticides de plus en plus utilisés par les agriculteurs, les abeilles sont de plus en plus en danger.

Lire aussi > Un apiculteur retrouve des milliers d’abeilles mortes, probablement à cause des pesticides

Une nouvelle étude britannique s’est intéressée à la manière dont les abeilles recherchent leur nourriture, et ils ont fait la surprenante découverte que les abeilles qui ont faim n’hésitent pas à voler dans les ruches voisines, révèle Sciences et Avenir. Durant une expérimentation mise en place entre avril et octobre 2015, l’équipe de chercheurs de l’Université du Sussex à Brighton a pu déjà confirmer dans un premier temps qu’une période de pénurie débutait à l’automne. Sciences et Avenir explique que ce manque se manifeste par un trop grand nombre de butinages par rapport à la production en sucre des fleurs.

Lire aussi > Avec le confinement, les abeilles n’ont jamais produit autant de miel

Les chercheurs ont également fait l’étonnante découverte que lorsque les abeilles ne trouvent plus de nourriture, elles essayent d’en voler dans des ruches voisines. Leur agressivité est donc encore plus forte en temps de pénurie. Lorsque les réserves sont basses, la moitié des abeilles d’une colonie peuvent rester pour « défendre » leur ruche. Les scientifiques affirment que le nombre de combats aux entrées des ruches entre abeilles gardiennes et abeilles étrangères est également multiplié à l’automne. Les chercheurs rapportent également que la pénurie d’automne réduit la population des ruches, et les abeilles restantes parcourent de plus grandes distances pour pouvoir butiner.

CIM Internet