Paris Match Belgique

Les incendies en Amazonie se poursuivent dans l’indifférence générale

Les incendies en Amazonie se poursuivent dans l'indifférence générale

Feu illégal en Amazonie, le 15 août 2020. | © CARL DE SOUZA / AFP

Environnement & Animaux

La déforestation a augmenté de 34 % par rapport à l’année dernière.

 

Pendant que le monde fait face à une pandémie de grande ampleur, la forêt amazonienne se consomme à petit feu. Tout le monde se souvient encore des images de ces arbres en proie aux flammes l’année dernière, et pourtant, cette année 2020 bat encore des records. Plus de 10 000 départs de feu ont été recensés depuis le début du mois d’août. Et ce ne sont pas les chiffres de déforestation qui redonneraient le sourire. Sur la période août 2019 à juillet 2020, le déboisement a augmenté de 34 % par rapport à la même période en 2018-2019 rapporte l’Institut national de recherches spatiales (Inpe).

Lire aussi > En Amazonie brésilienne, la déforestation alimentée par la violence des mafias et l’impunité

Le président brésilien Jair Bolsonaro a beau nier l’évidence, en criant au « mensonge », les chiffres sont là. Selon l’Inpe, 9 207 km² de forêt ont disparu en une année. « Ils ne trouveront pas un seul foyer d’incendie, pas un seul hectare de déforestation », se défendait-il pourtant mardi dernier. « Cette histoire, selon laquelle l’Amazonie est en train de brûler, est un mensonge et nous devons la combattre avec les vrais chiffres. » L’Inpe a pourtant repéré plus de 20 000 incendies entre le 16 juillet et le 15 août de cette année.

Une interdiction inefficace

Ces chiffres sont d’autant plus inquiétants que le gouvernement a interdit les incendies de forêts et agricoles le 16 juillet dernier. Malgré cela, les feux illégaux continuent de plus belle, ce qui inquiète les ONG de défense pour l’environnement. « Les données montrent que la stratégie du gouvernement brésilien n’est pas efficace pour stopper la destruction de la forêt à la plus grande diversité de la planète », dénonce Christiane Mazzetti, porte-parole pour la campagne de Greenpeace sur la forêt amazonienne.

Les incendies en Amazonie se poursuivent dans l'indifférence générale
Un fermier qui a mis le feu à la forêt tropicale autour de sa propriété au sud de Novo Progresso, au Brésil, le 15 août 2020. © CARL DE SOUZA / AFP

Du côté des fermiers, brûler son terrain semble être une évidence pour défricher ses terres. « On ne veut pas détruire la forêt parce qu’elle habite de nombreuses vies et on ne veut en détruire aucune. On essaye simplement de faire un petit nettoyage afin de pouvoir planter des fruits et élever du bétail », explique un fermier au micro de France 2. Un autre agriculteur insiste auprès de l’AFP, déclarant : « Ça c’est un brûlis, ce n’est pas un incendie. Et s’il déborde, la forêt l’éteint ».

Lire aussi > La déforestation en Amazonie affecte aussi son fleuve et « toute la biosphère »

Les incendies cette année ont été particulièrement importants à cause d’une sécheresse historique. Le Figaro explique que le rio Paraguay est à son niveau le plus bas depuis 47 ans. Et la situation ne semble pas aller dans le bon sens : la sécheresse de ce fleuve est elle-même favorisée par la destruction de la forêt.

CIM Internet