Paris Match Belgique

Nouvelle vidéo choc de L214 dans un élevage de « l’horreur » de canards

l214 foie gras canards

Un canard de l'élevage ciblé par L214 dans les Pyrénées-Atlantiques. | © Capture d'écran L214.

Environnement & Animaux

Des images de l’association L214 dévoilent l’enfer vécu par des canards dans un entrepôt insalubre dans les Pyrénées-Atlantiques. Le ministère de l’Agriculture a demandé une mise en demeure de l’élevage.

D’après un article Paris Match France de A.B.

L214 l’affirme, « rarement » des images tournées dans un élevage ont été aussi « révoltantes et répugnantes ». L’association de défense des animaux a tiré mercredi la sonnette d’alarme sur un élevage de canards mâles de Barbarie utilisés par la filière du foie gras, à Lichos (Pyrénées-Atlantiques), dénonçant les conditions de vie « effroyables » des animaux, les conditions de travail « épouvantables » des salariés et soulignant les risques sanitaires « élevés » ainsi que des atteintes « alarmantes » à l’environnement.

Lire aussi > L214 dénonce l’enfer de lapins élevés en cage en France

La vidéo tournée « il y a quelques jours », montre un entrepôt qui tombe en ruine, dont le sol est jonché d’une couche de « 15 centimètres » d’excréments qui s’écoulent dans le cours d’eau à proximité. Les canards, entassés dans des cages minuscules en mauvais état qui s’effondrent au sol, vivent à côté de cadavres de leurs congénères ou leurs squelettes, de rats, d’asticots et d’autres insectes.

Lire aussi > Élevage intensif : L214 publie une vidéo insoutenable sur l’enfer que vivent les cailles pondeuses

L214 a porté plainte pour « cruauté envers animaux », « abandon », et « atteinte à l’environnement », en raison des risques encourus par le Saison, un proche cours d’eau, à cause des déjections s’écoulant du bâtiment. Elle a aussi alerté l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP).

Une enquête réclamée par le ministère de l’Agriculture

Le ministère de l’Agriculture a rapidement réagi après la diffusion des images, et a réclamé jeudi matin à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques la tenue d’une enquête ainsi qu’une « mise en demeure », pouvant aller jusqu’à une « suspension d’activité » de l’élevage. La préfecture a par ailleurs envoyé des agents sur les lieux mercredi après-midi qui ont pu « confirmer certains des manquements à la réglementation en vigueur », fait savoir un communiqué du ministère. Un vétérinaire qui doit faire un rapport sur l’état de santé des animaux doit intervenir sur le site jeudi matin.

CIM Internet