Paris Match Belgique

La désillusion du recyclage du plastique, un système à perfectionner

La désillusion du recyclage, un système à perfectionner

Dans le monde, seulement 9 % du plastique produit est recyclé. | © Pexels / Mali Maeder

Environnement & Animaux

Souvent présenté comme la solution-miracle et écologique par excellence, le recyclage du plastique serait en réalité bien décevant.

 

Lancé il y a 25 ans en Belgique, le recyclage est devenu un acte du quotidien. Le carton dans le sac jaune, les bouteilles en plastique dans le sac bleu… des gestes qui nous paraissent aujourd’hui naturels, et qui soulagent quelque part notre conscience écologique. En recyclant, ce sont autant de déchets qui ne finissent pas dans la nature… et pourtant.

Dans le monde, on estime que seulement 9 % du plastique produit est recyclé. À part les bouteilles et les flacons, il est très difficile de recycler ce matériau. La plupart des déchets plastiques se retrouvent dans des décharges sauvages ou finissent dans la nature, dans les fonds marins ou au milieu des forêts. Sachant que le plastique met en moyenne 400 ans à se dégrader, c’est une véritable catastrophe pour la sauvegarde de la biodiversité.

Lire aussi > Le Sri Lanka veut interdire l’importation de plastique pour protéger ses animaux sauvages

D’après la Banque Mondiale, on ne réutilise dans le monde que 13 % de nos ordures ménagères (déchets non recyclables) et on n’en composte que 5,5 %. Il faut aussi reconnaitre que la population est très mal informée sur le fonctionnement du recyclage. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, une bouteille recyclée ne suffit pas pour créer une nouvelle bouteille. Il faudra utiliser plusieurs bouteilles en plastique pour en créer une nouvelle, et cette matière n’est pas recyclable à l’infini.

Réduire ses déchets et penser aux consignes

Pourtant des solutions existent. Tout d’abord la consigne en verre, déjà bien présente chez nous, permet de réduire considérablement l’impact environnemental de l’objet. Selon une étude, les systèmes de consigne permettraient de réduire de 65 à 85 % l’impact environnemental global de l’emballage.

Autre solution beaucoup plus radicale : le zéro déchet. « Le déchet le plus facile à éliminer est celui que l’on n’a pas produit », entend-on souvent. Et c’est une réalité. En utilisant des gourdes en aluminium au lieu de bouteilles en plastique, ce sont autant de déchets que l’on n’aura pas à recycler.

Lire aussi > Voici comment fabriquer ses pastilles de lave-vaisselle soi-même

Bien que le tri ne soit pas la solution-miracle à tous nos problèmes, il faut tout de même reconnaitre que la Belgique se positionne en tête de classe parmi les pays européens. En effet, avec un taux de recyclage de 81,9 % en 2016 selon Statbel, notre pays se situe en première position d’Europe dans le recyclage des déchets. À titre de comparaison, la France ne recyclait en 2016 que 68 % de ses déchets.

CIM Internet