Paris Match Belgique

Traqué lors d’une chasse à courre, un cerf se réfugie dans un chantier de Compiègne [VIDÉO]

cerf chasse a courre

Photo du cerf en question, partagé par le compte Twitter d'AVA Compiègne (@AvaCompiegne). | © Capture d'écran Twitter AVA Compiègne @AvaCompiegne.

Environnement & Animaux

Samedi, des habitants de la ville de Compiègne ont sauvé d’une mort certaine un cerf traqué par des chasseurs.

D’après un article Paris Match France de Yannick Vely

La scène s’est produite samedi à proximité de la forêt de Compiègne où se déroulait une chasse à courre organisée par « La Futaie des Amis » – la saison de chasse ayant débuté mercredi dernier. Un cerf exténué s’est réfugié dans un chantier à proximité du lycée Jean-Paul II, avenue de La Faisanderie. Des opposants à la chasse mais aussi des habitants du lotissement voisin sont alors intervenus pour appeler la gendarmerie et empêcher les chasseurs et surtout leurs chiens (60 en tout, selon l’association de protection des animaux AVA – Abolissons la Vénerie) de venir trop près des habitations pour tuer l’animal.

Lire aussi > Johanna Clermont, l’icône des chasseurs

Dès sa sortie de la forêt, les veneurs avaient décidé de « gracier » le malheureux cerf pour le plus grand bonheur des militants anti-chasse, qui, néanmoins, demeuraient méfiants quant aux intentions réelles des chasseurs. Un agent de l’Office français de la biodiversité intervient alors mais tout ne se passe pas comme prévu. Effrayé, le cerf percute des barrières de protection et part dans le sens opposé de celui désiré. Mais l’animal échappera bien à ses bourreaux pour prendre la direction de la forêt voisine. « On a fait une jolie chasse pendant 1h30, a expliqué le maître d’équipage à nos confrères du Courrier Picard. Le cerf a pris la direction du chantier. J’applique les textes de loi, les chiens ont été retenus, sauf une dizaine que j’ai récupérés après. Le cerf a été gracié. La police a préféré ensuite qu’on n’essaie pas de le faire rentrer en forêt. »

Pour les militants d’AVA, c’est une victoire : « Seule la vigilance populaire qui a pu s’exercer ce matin-là peut sauver ces animaux, peut transformer efficacement nos villes et villages en sanctuaires pour ceux-ci, et en forteresse contre les veneurs sans foi ni loi ! », expliquent-ils.

CIM Internet