Paris Match Belgique

Un aliment sur sept est jeté dans le monde, avant même d’être vendu

Un aliment sur sept est jeté dans le monde, avant même d’être vendu

Les fruits et légumes sont les premières victimes. | © Unsplash / Joshua Hoehne

Environnement & Animaux

Les Nations unies demandent aux pays de réagir et de trouver des mesures financières notamment pour lutter contre ce gaspillage.

 

C’est une statistique qui fait froid dans le dos, mais qui n’est malheureusement pas si surprenante. Selon l’agence mondiale pour l’alimentation des Nations unies (la FAO), 13,8 % de la production agricole mondiale serait jetée avant même d’être proposée à la vente. La FAO appelle à agir pour réduire ces pertes de manière efficace, souligne France Culture.

Lire aussi > « Happy Hours Market » : On a testé la première appli belge qui lutte contre le gaspillage alimentaire

Dans son rapport, la FAO différencie les pertes – ce qui est perdu entre la récolte et la vente – et le gaspillage alimentaire, qui est entre la vente et la consommation. Cette distinction est nouvelle : jusqu’à présent, la FAO englobait les deux notions, et avait révélé en 2011 qu’un tiers de la production alimentaire mondiale n’était pas consommé.

Près d’un quart des fruits et légumes ne sont pas proposés à la vente

La perte est très importante dans les fruits et légumes, elle représente près d’un quart de la production (22 %). Beaucoup ne sont pas proposés à la vente car ils n’ont pas le « bon calibre » ou la « bonne couleur ». Selon le rapport, les plus grandes pertes se situent en Asie centrale et du sud, avec plus de 20 %. L’Europe et l’Amérique du Nord comptabilisent 15,7 % de perte. L’Australie et la Nouvelle-Zélande se situent en bas de tableau avec le faible taux de 6%.

Lire aussi > Graapz, le panier de légumes sauvés de justesse de la poubelle

Selon le rapport, les pertes ont lieu pour de multiples raisons, mais elles sont principalement liées à un mauvais stockage chez les producteurs ou lors du transport des marchandises. Dans les pays à faibles revenus, ce sont essentiellement les mauvaises infrastructures qui causent la perte de fruits et légumes, comme les entrepôts frigorifiques. Dans les pays à revenus élevés, ce sont les pannes électriques, une mauvaise gestion de la température, de l’humidité ou du sur-stockage qui provoquent ces nombreuses pertes.

La FAO demande aux pays de prendre des mesures, notamment financières, en vue d’aider les exploitants agricoles et de lutter ainsi contre les pertes et le gaspillage alimentaire. Cette meilleure gestion aurait également des retombées positives sur les ressources en eau et le changement climatique.

CIM Internet