Paris Match Belgique

Vous ne vous ferez plus avoir par de fausses promesses environnementales grâce à l’UE

Que valent vraiment les étiquettes "bio" ? | © ©PHOTOPQR/LE PROGRES/Joël PHILIPPON

Environnement & Animaux

« Si un produit prétend être durable il devra le démontrer sur la base de critères objectifs et acceptés », détaille Didier Reynders.

 

La Commission européenne a annoncé vendredi vouloir légiférer pour mieux informer les consommateurs sur les vertus écologiques des produits qu’ils achètent, mieux les protéger contre l’obsolescence programmée et les fausses promesses environnementales des entreprises. « Nous voulons proposer une nouvelle législation pour permettre aux consommateurs de recevoir une meilleure information sur la durabilité » des produits, a déclaré la vice-présidente de l’exécutif européen, Vera Jourova.

Lire aussi > L’Union européenne part en guerre contre l’obsolescence programmée des téléphones portables

Cette proposition sera présentée l’année prochaine. Elle entend favoriser les achats plus durables, mais aussi la réparation des produits et l’économie circulaire. « Les consommateurs devraient avoir toutes les informations environnementales nécessaires sur un produit avant de l’acheter », a estimé le commissaire à la Justice, Didier Reynders, lors d’une conférence de presse avec Mme Jourova, présentant les priorités de l’exécutif européen en matière de consommation pour les cinq prochaines années. « Si un produit prétend être durable il devra le démontrer sur la base de critères objectifs et acceptés », a souligné Didier Reynders. La nouvelle réglementation devra selon lui permettre aux consommateurs « de faire des choix vertueux et de ne pas être trompés par les fausses informations et le greenwashing ».

La Commission entend aussi adapter la législation existante en matière de sécurité des produits afin de mieux prendre en compte le développement de l’économie numérique et de l’intelligence artificielle. Par ailleurs, l’UE entend agir au niveau international pour faire respecter ses normes de sécurité. Un plan d’action est notamment prévu avec la Chine en 2021 pour renforcer la sécurité des produits vendus en ligne.

Le Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc), qui regroupe 44 associations de 32 pays, a salué ces annonces. « Nous appelons tous les décideurs politiques à travailler ensemble pour atteindre ces objectifs », a déclaré sa directrice générale Monique Goyens.

Avec l’AFP

CIM Internet