Paris Match Belgique

Chats dévorés, chevaux battus : L’enquête choc d’Hugo Clément sur la maltraitance animale au Puy du Fou

hugo clement puy du fou maltraitance animale

Le journaliste militant de France Télévisions a encore frappé. | © Romain Rigal / FTV.

Environnement & Animaux

À seulement quelques jours de l’élection de Miss France 2021, le Puy du Fou – où se déroulera cette nouvelle édition – est dans la tourmente. Le célèbre parc est accusé par cinq de ses anciens employés, dans une vidéo réalisée par Hugo Clément, de maltraitance envers les animaux utilisés dans le parc.

 

Le post Instagram en est presque à 1 million de vues en même pas 24h, c’est pour dire l’impact qu’a la nouvelle enquête d’Hugo Clément chez nos voisins français.

Lire aussi > Filmée avec un singe déguisé à Dubaï, Wejdene s’attire encore les foudres des défenseurs des animaux

Dans la légende de cette nouvelle vidéo de 17 minutes, et qui n’est qu’un teasing du prochain numéro de son émission « Sur le front », le journaliste et défenseur de la cause animale n’y va pas par quatre chemins : « Quatre anciens employés du Puy du Fou accusent le célèbre parc situé en Vendée de nombreuses maltraitances contre des animaux utilisés durant les spectacles et contre des chats. »

Chasse organisée

Ayant souhaité garder l’anonymat par peur des représailles, ces anciens employés du parc racontent comment des chats d’abord capturés dans des pièges étaient ensuite utilisés en appâts pour le dressage des faucons et des aigles, pour ensuite être dévorés par les rapaces. « On lance quand même l’oiseau et il finit déchiqueté entre les serres d’un animal qu’on a employé. C’est très cruel« , balance l’un deux. Mais les félins sont loin d’être les seules victimes de violence au sein du parc.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Hugo Clément (@hugoclementk)


Parmi ces atrocités, celles infligées aux chevaux, qui reçoivent « des coups de pieds dans le ventre et des coups de poings dans la tête » quand ils ne font pas du bon travail pendant un spectacle.

Une maltraitance institutionnalisée ?

Autre témoignage qui fait froid dans le dos : les dromadaires qui sont « mis sous calmants, somnifères, anesthésiants » avant les spectacles. On entend aussi que si les fauves ne coopèrent pas pendant les shows, des dresseurs leur tirent dessus avec des pistolets à air comprimé chargés avec des billes en plastique.

Dans la même vidéo, Nicolas de Villiers – président de l’association du Puy du Fou et fils de Philippe de Villiers – réfute catégoriquement ces lourdes accusations, parlant d’actes isolés, et accuse l’enquête de n’avoir « qu’une seule visée, jeter l’opprobre sur tout notre travail.« 

Lire aussi > L’éléphant maltraité du Pakistan a enfin regagné une réserve naturelle au Cambodge

À deux jours de Miss France, un parfum nauséabond règne autour du Puy du Fou et pas sûr qu’il se dissipe.

CIM Internet