Paris Match Belgique

Grande barrière de corail : l’impact du blanchissement plus grave que prévu

La Grande barrière de corail. | © Flickr FarbenfroheWunderwelt

Environnement & Animaux

La Grande barrière australienne a beaucoup plus souffert que ce que l’on craignait de deux épisodes consécutifs de blanchissement de ses coraux, ont alerté ce lundi 29 mai des scientifiques.

En mars et en avril dernier déjà, les chercheurs avaient annoncé que les récifs de la Grande Barrière de corail en Australie avaient connu un épisode de blanchissement sans précédent pour la deuxième année consécutive. En effet, la hausse des températures de l’eau en mars et avril, induite par le réchauffement climatique, a généré en 2016 le pire épisode de blanchissement de coraux jamais connu par le récif de 2 300 kilomètres -le plus grand du monde-, inscrit en 1981 au Patrimoine mondial de l’Unesco. Les premières estimations aériennes et sous-marines avaient laissé penser que 22% des coraux situés en eaux de surface avaient été détruits en 2016. Mais cette estimation a aujourd’hui été révisée à 29%. Et la situation risque de s’aggraver avec l’épisode de blanchissement actuellement en cours.

Lire aussi > Grande barrière de corail : « Les récifs endommagés en 2016 n’ont aucune chance de se rétablir »

« Nous sommes très préoccupés par ce que cela signifie pour la Grande barrière de corail elle-même, et ce que cela signifie pour les populations et les secteurs économiques qui en dépendent », a déclaré Russell Reichelt, président de l’Autorité gouvernementale de conservation de la Grande barrière. Le blanchissement des coraux est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration. Il est provoqué par la hausse de la température de l’eau, qui entraîne l’expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur et ses nutriments. L’épisode de blanchissement en cours est le quatrième après ceux de 1998, 2002 et 2016. Entre l’année dernière et cette année (2017), 1 500 kilomètres de récifs ont été affectés par le blanchissement, a déclaré Terry Hughes, de l’Université James Cook. « Ce qui fait que seul le tiers sud du récif est indemne ».

(Avec Belga)

CIM Internet