Paris Match Belgique

Dès leur plus jeune âge, les T-Rex ne faisaient déjà qu’une bouchée des autres dinosaures

t-rex adolescent étude dinosaures

Impitoyable. | © Amblin Entertainment.

Environnement & Animaux

Même adolescent, le plus terrifiant des dinosaures dominait les autres espèces qui le croisaient, comme le révèle une étude parue cette semaine dans Science.

 

Une équipe de scientifiques américains a démontré que les progénitures d’immenses dinosaures carnivores comme le T-Rex, qui passaient en grandissant de la taille d’un chien jusqu’à devenir d’immenses créatures, ont agi sur leur écosystème en concurrençant les espèces plus petites.

Lire aussi > Voici pourquoi l’astéroïde qui a causé l’extinction des dinosaures s’est écrasé au pire endroit imaginable

Leur étude, publiée vendredi 26 février dans la prestigieuse revue Science, aide à répondre à un mystère persistant sur les quelque 150 millions d’années où les dinosaures ont régné : pourquoi y avait-il beaucoup plus d’espèces grandes en taille que de petites, alors que c’est l’inverse chez les animaux terrestres aujourd’hui ?

Le roi du « samedi après-midi »

« Les communautés de dinosaures étaient comme des centres commerciaux le samedi après-midi, remplis d’adolescents », explique avec humour Kat Schroeder, chercheuse à l’Université du Nouveau-Mexique, qui a conduit l’étude. Ces « adolescents » représentaient « une part importante des individus d’une espèce et ont apparemment eu un vrai impact sur les ressources disponibles dans leurs communautés », a-t-elle expliqué.

Même avec un nombre de fossiles limité, les experts pensent que globalement, les dinosaures n’étaient pas très diversifiés : il n’existe qu’environ 1 500 espèces connues, comparées aux dizaines de milliers d’espèces de mammifères et d’oiseaux aujourd’hui. Et sur la totalité de l’ère du Mésozoïque, il y a entre 252 et 66 millions d’années, il existait relativement plus d’espèces de grands dinosaures pesant une tonne, comparé à celles pesant moins de 60 kg.

Selon certains scientifiques, sachant que même les plus grands dinosaures commencent leur vie avec une très petite taille puisqu’ils sont dans des œufs avant leur naissance, il se pourrait qu’ils occupent ainsi les ressources de plus petites espèces, dans des écosystèmes où elles auraient normalement été reines.

Ne plus « les regarder comme des objets cool »

Pour tester cette théorie, Kat Schroeder et ses collègues ont examiné les données de fossiles du monde entier, de 550 espèces différentes, et organisé les dinosaures par taille et selon qu’ils étaient herbivores ou carnivores. Ils ont découvert un trou frappant pour les dinosaures carnivores de taille moyenne dans toutes les communautés où se trouvaient des méga-théropodes, ou des prédateurs géants comme le Tyrannosaurus rex.

« Très peu de dinosaures carnivores entre 100 et 1000 kilogrammes existent dans des communautés avec des méga-théropodes », explique Kat Schroeder. « Et les jeunes méga-théropodes comblent exactement cet espace. »

Lire aussi > Les dinosaures pourraient reprendre vie d’ici 5 ans

Cette conclusion est soutenue par la façon dont la diversité des dinosaures a évolué avec le temps. L’ère du Jurassique (entre il y a 200 et 145 millions d’années), présentait des trous moins importants dans cette catégorie, quand l’ère du Crétacé (entre 145 et 65 millions d’années), en avait de très gros.

C’est parce que les méga-théropodes adolescents du Jurassique ressemblaient plus à des adultes, et qu’il y avait pour eux une plus grande variété d’herbivores à chasser. « Le Crétacé, en revanche, est totalement dominé par les Tyranosaures et les abélisaures, qui évoluent beaucoup lorsqu’ils grandissent », a détaillé la chercheuse.

« Je pense que nous commençons peu à peu à comprendre les dinosaures comme des animaux, et non plus à les regarder comme des objets cool, ce qui est de là où la paléontologie est partie, et où elle est restée pendant longtemps », s’est-elle réjouie auprès de l’AFP.

Avec AFP

CIM Internet