Paris Match Belgique

Greenpeace : « Dites à Netflix de se mettre au vert »

Vidéo Environnement & Animaux

Regarder Narcos et Stranger Things nuit à l’environnement. C’est ce qui ressort de la nouvelle pétition lancée par Greenpeace visant la consommation d’énergies polluantes de Netflix.

Notre addiction à Netflix affecterait-elle plus que notre vie sociale ? Selon Greenpeace, le géant du streaming carburerait aux énergies non-renouvelables pour alimenter ses centres de données. Et ce, au détriment de l’environnement.

En effet, dans son nouveau rapport Clicking Clean, Greenpeace reproche à l’entreprise américaine de consommer largement du charbon et du nucléaire contre seulement 17% d’énergies vertes. Résultat : Netflix obtient un D, une maigre note pour un service qui est responsable de 30% du trafic sur Internet en Amérique du Nord. Selon Greenpeace, ce chiffre pourrait atteindre 80% en 2020.

Pour y remédier, l’organisation écolo a récemment lancé une pétition demandant à Netflix de se mettre au vert. Plutôt qu’une vidéo moralisatrice et agressive, l’ONG fait cette fois-ci preuve d’humour pour accompagner sa demande. À l’aide des enfants de Stranger Things, de Kimmy Schmidt et de Frank Underwood, Greenpeace nous prend par les sentiments. « Nous pouvons changer l’histoire et je veux qu’on y arrive ensemble » comme dirait le héros de House of Cards.

En 2010, Greenpeace avait déjà visé la consommation polluante de Facebook. Un succès puisque le géant du réseau social utilise aujourd’hui près de 70% d’énergies renouvelables. Netflix suivra-t-il son exemple ?

Netflix, un cancre parmi d’autres

Si la plateforme aux 90 millions d’abonnés se place en bas du classement, ce n’est pas la seule. Spotify, Vimeo et WordPress récoltent également un D, alors que Twitter, Soundcloud et Pinterest sont sur la dernière marche du podium avec un F. Loin derrière Apple, Facebook et Google – le trio gagnant.

 

Mots-clés:
vidéo netflix Greenpeace
CIM Internet