Paris Match Belgique

Antarctique : un des plus gros icebergs jamais vus se détache du continent

L’Antarctique est une des régions du monde qui se réchauffent le plus rapidement. | © Flickr : Christopher Michel

Environnement & Animaux

Il ne reste plus que 13 km avant que ce morceau de banquise de plus de 5 000 km2 ne se détache.

Un des plus gros icebergs jamais vus est sur le point de se détacher du continent Antarctique, ont indiqué jeudi des chercheurs de l’Université de Swansea (Royaume-Uni). Surveillée depuis des années, la crevasse qui fissure sur près de 200 km un énorme pan de glace attaché à l’ouest de l’Antarctique, s’est encore allongée de 17 km en seulement six jours, du 25 au 31 mai, annoncent les scientifiques dans un communiqué.

Lire aussi : Le mystère des « Cascades de sang » d’Antarctique enfin élucidé

Cinquante fois la superficie de Paris

Il ne reste plus que 13 km avant que ce morceau de banquise de plus de 5 000 km2 (soit près de 50 fois la superficie de Paris, ou la taille de Bali) ne se détache. « L’extrémité de la crevasse semble se diriger nettement vers (la mer), ce qui signifie que le moment du vêlage est sans doute très proche », indique Adrian Luckman, professeur à la Swansea University (Pays de Galles), qui dirige le projet Midas, consacré aux formations glaciaires dans l’Antarctique Ouest.

Lire aussi : Antarctique : Les glaciers du sud fondent moins qu’estimé

Une fois libéré, l’iceberg n’aura pas d’impact sur le niveau des océans car cette glace de 350 m d’épaisseur flotte déjà sur l’eau. Mais il fait partie d’une gigantesque barrière de glace, baptisée « Larsen C », qui retient des glaciers capables, eux, de faire gagner 10 cm aux mers du monde s’ils finissaient par se trouver à terme exposés à l’océan Antarctique, selon les chercheurs.

La perte d’un tel morceau rendra tout le plateau vulnérable à de futures ruptures.

Lire aussi : Antarctique : quand la mer glacée prend des airs de « peau de dragon »

Au final, Larsen C pourrait ainsi suivre l’exemple de Larsen B, une autre barrière de glace qui s’était désintégrée de façon spectaculaire en 2002 au terme du même processus. Une troisième plateforme glaciaire, Larsen A, avait elle disparu en 1995.

La formation des icebergs est un processus naturel, que le réchauffement de l’air comme des océans contribue cependant à accélérer, soulignent les scientifiques. L’Antarctique est une des régions du monde qui se réchauffent le plus rapidement, rappellent les responsables du projet Midas.

CIM Internet