Paris Match Belgique

En Chine, un hôtel enferme des ours polaires pour distraire ses clients et suscite l’indignation

ours polaires hotel chine cause animale

Un ours blanc tourne en rond sur un espace réduit dans l'hôtel du parc d'attraction de Harbin, au nord-est de la Chine. | © STR / AFP / China OUT.

Environnement & Animaux

On croyait avoir tout vu, mais l’espèce humaine a le don de sans cesse repousser les limites de l’ignoble.

 

Voilà un an que l’être humain est confiné, parfois dans des très petits espaces, et il devrait naturellement avoir pris conscience qu’être enfermé n’a rien d’amusant. L’ours polaire le sait également, lui qui vit d’habitude sur un territoire naturel s’étendant sur plusieurs milliers de kilomètres.

Lire aussi > Ours polaires : le cri d’alarme d’Isabelle Autissier

« La place des ours polaires est dans l’Arctique, pas dans des zoos ou des aquariums en verre et certainement pas dans des hôtels », s’insurge Jason Baker, vice-président pour l’Asie de l’association de défense des animaux Peta. En cause, l’ouverture d’un hôtel dans la ville de Harbin, au nord-est de la Chine, où des ours blancs sont cloisonnés dans de très petits espaces.

« Un millionième de l’espace dont ils ont besoin »

La spécificité de cet hôtel de l’horreur ? 21 des chambres qui le composent sont munies de vitres qui permettent d’observer les ours depuis son lit. Ceux-ci sont entassés dans une sorte de patio qui compte un petit bassin et des faux rochers.

« À l’état sauvage, ces animaux (…) parcourent des milliers de kilomètres carrés. Mais en captivité, ils sont enfermés dans de minuscules enclos qui représentent un millionième de l’espace dont ils ont besoin », déclare à l’AFP Nirali Shah, chargée de campagne pour Peta en Asie.

Sur les réseaux sociaux, des milliers d’internautes ont pris leur clavier pour s’insurger contre cette maltraitance envers une espèce en voie d’extinction. Parmi eux, le journaliste Hugo Clément, fervent défenseur de l’environnement : « Quand tu crois avoir touché le fond, il y a toujours des gens pour creuser un peu plus profond », confie-t-il exaspéré dans une vidéo.

Lire aussi > Réchauffement climatique : Les ours polaires pourraient totalement disparaitre d’ici 2100

Comme le rappelle le Parisien, aucune loi chinoise n’interdit l’exploitation d’espèces en voie de disparition. En Europe, le débat sur la captivité des espèces en voie d’extinction revient régulièrement au devant de l’actualité, sans déboucher pour autant sur des lois plus restrictives.

CIM Internet