Paris Match Belgique

Biodiversité : Pas d’abeille, pas de pomme !

Précieuses ouvrières, les abeilles pollinisent environ un tiers des cultures destinées à notre alimentation. | © DR

Contenu de marque Environnement & Animaux

A la saison des pommiers en fleurs, les abeilles-ouvrières sont les reines du verger. Elles contribuent à la pollinisation de 80 % des espèces de plantes à fleurs, y compris des arbres fruitiers. Des pomiculteurs écoresponsables veillent à préserver précieusement cet écosystème.

 

Pour une bonne récolte de pommes, il faut que chaque fleur soit bien fécondée. La présence d’insectes butineurs comme les papillons ou les bourdons au sein d’un verger est indispensable à la pollinisation des fruits. De tous les insectes butineurs qui visitent les fleurs de pommiers, 90% sont des abeilles, sauvages ou domestiques.

L’équation est donc simple : si vous croquez dans une pomme, c’est qu’une abeille quelque part a bien fait son boulot. Pourtant, depuis quelques années, leur santé s’est fragilisée. Afin de protéger ces butineuses transporteuses de pollen, des pomiculteurs écoresponsables, comme Jean Nougaillac, pomiculteur Pink Lady® mais aussi apiculteur à l’origine, ont pris les choses en main avec le programme Bee Pink® !

Des ouvrières agricoles travailleuses

Actrices indispensables de fructification, les abeilles constituent le groupe de polinisateurs le plus important en termes d’efficacité. « Afin d’encourager les abeilles à travailler immédiatement, nous introduisons les ruches au tout début de la floraison, quand 5% environ des bourgeons ont fleuri », nous explique Jean Nougaillac. « Nous veillons ensuite à respecter toutes les conditions optimales pour favoriser leur travail. Ainsi par exemple, l’exposition de leur habitat est primordiale. Les ruches sont mises à l’abri des vents dominants et exposées au soleil levant pour que, dès les premiers rayons de soleil, les abeilles commencent à s’activer et partent accomplir leur délicate mission ».

Un partenariat gagnant-gagnant

Précieuses ouvrières, les abeilles pollinisent environ un tiers des cultures destinées à notre alimentation. Sans elles, jusqu’à 75 % de nos récoltes subiraient une baisse de rendement. Dans un rapport gagnant-gagnant, les plantes cultivées nourrissent aussi les abeilles et permettent la production de miel. En partenariat avec des experts du monde agricole et des apiculteurs, l’association Pink Lady® Europe a créé le programme Bee Pink.

Le concept est simple : diffuser les bonnes pratiques arboricoles qui sont respectées par les pomiculteurs Pink Lady® dans leurs cultures. C’est ainsi que Jean Nougaillac nous précise : « Nous prenons soin de fournir le gîte et le couvert par la plantation de haies et la présence de friches autour des vergers. Ces espaces de dense végétation représentent, en plus des pommiers, de formidables lieux de nourriture. Nous créons aussi des points d’eau pour que les abeilles puissent s’abreuver en suffisance et puis surtout, nous les protégeons en adoptant des méthodes de production responsables ».

De l’importance des animaux auxiliaires

Les abeilles ne sont pas les seules à opérer pour qu’une pomme de qualité arrive sur notre table. Le maintien de la biodiversité dans un verger Pink Lady® est essentiel pour lutter naturellement contre les nuisibles. « La mésange en particulier est un grand allié face aux ravageurs, comme les larves et les chenilles. Ce pourquoi, nous prenons soin d’installer des nichoirs et des perchoirs afin de les attirer », nous précise encore Jean Nougaillac. Le hérisson a aussi toute son importance dans la vie d’un verger.

Ce petit mammifère nocturne se nourrit de nombreux œufs et larves d’insectes ravageurs de la pomme. Sa gourmandise est donc très appréciée des producteurs. Ce pourquoi, des bandes enherbées sont maintenues entre les pommiers pour l’accueillir en famille. Citons encore les chauves-souris qui tiennent une place de choix dans cet écosystème puisqu’elles se nourrissent aussi d’insectes nuisibles au verger, comme le carpocapse (le fameux ver de la pomme).

Vous l’aurez compris, la préservation de la biodiversité et des équilibres naturels est essentielle dans les vergers avec l’abeille comme fer de lance. Elle a aussi des effets sur la qualité de l’eau, la fertilité et la stabilité des sols et la régulation du climat. La prochaine fois que vous verrez une abeille bourdonner autour de vous, rappelez-vous que la plupart des aliments que nous consommons sont obtenus grâce à la qualité de son précieux travail !

#beepink #quizz
Découvrez les engagements Bee Pink des producteurs et testez vos connaissances sur les abeilles sur : https://www.bee-pink.com.wdf-03.ovea.com/#!/verger/fr

CIM Internet