Paris Match Belgique

Animal ou plante, à partir de 24 degrés, le bien-être s’effondre

Animal ou plante, à partir de 24 degrés, le bien-être s'effondre

Les animaux aussi souffrent de la chaleur. | © Unsplash / Elisa Kennemer

Environnement & Animaux

Tout comme les humains, les animaux et les cultures souffrent aussi d’une chaleur trop élevée.

 

Qu’il s’agisse d’humains, d’autres espèces animales ou de cultures : la plupart se sentent le mieux entre 17 et 24°C. S’il fait plus chaud et plus humide, les vaches donnent moins de lait, les porcs prennent moins de poids et le blé ne pousse pas aussi bien. « Nous avons étudié les températures préférées et nocives chez les humains, les bovins, les porcs, les volailles et les cultures agricoles et nous avons constaté qu’elles sont étonnamment similaires », explique Senthold Asseng, professeur d’agriculture numérique à l’Université technique de Munich. Selon l’étude, les températures idéales se situent entre 17 et 24°C.

Lire aussi > Réchauffement climatique : Au-delà de ce seuil, la température de la Terre sera trop élevée pour les humains

En cas d’humidité élevée, le stress thermique léger pour les humains commence à environ 23°C et en cas de faible humidité à 27°C. « Lorsque les gens sont exposés à des températures supérieures à 32°C avec une humidité extrêmement élevée ou à des températures supérieures à 45°C avec une humidité extrêmement faible pendant des périodes prolongées, cela peut être fatal », avertit M. Asseng.

La climatisation deviendra indispensable pour plus de la moitié de la Terre

Les épisodes de températures extrêmes, comme ceux qui se produisent actuellement au Canada et dans le Nord-Ouest américain, nécessitent un soutien technique obligatoire, comme la climatisation. Selon M. Asseng, d’ici la fin du siècle, 45 à 70 % de la surface terrestre mondiale pourrait être affectée par des conditions climatiques dans lesquelles les êtres humains ne peuvent plus survivre sans assistance technique, comme la climatisation. Actuellement, ce chiffre est de 12 %. Cela signifie qu’à l’avenir, 44 à 75% de la population humaine sera soumise à un stress chronique dû à la chaleur. L’adaptation génétique aux changements climatiques prend de nombreuses générations pour les formes de vie supérieures, et le temps manque.

Lire aussi > Les étés pourraient devenir « trop chauds pour les humains »

Les bovins et les porcs ont des températures de confort similaires à celles des humains. Selon M. Asseng, le rendement laitier des vaches diminue de 10 à 20 % à partir de 24°C humides ou 29°C secs.

Pour leur part, les poules aiment les températures un peu plus fraîches et se sentent plus à l’aise entre 15 et 20°C, mais elles peuvent aussi supporter des températures un peu plus élevées. Cependant, à partir de 37°C, c’est trop pour elles aussi et elles limitent leur activité de ponte. Les cultures ont des préférences différentes : le blé, par exemple, aime la fraîcheur. Son rendement peut être augmenté en période chaude en semant plus tôt dans l’année, ce qui n’est pas recommandé pour le maïs, qui est sensible au gel, mais qui peut supporter plus de chaleur.

CIM Internet