Paris Match Belgique

Canicule : Une centaine d’incendies font rage dans l’Ouest du Canada et en Californie

Canicule : Une centaine d'incendies font rage dans l'Ouest du Canada et en Californie

Feu de forêt de Sparks Lake, en Colombie-Britannique, le 29 juin 2021. | © AFP / BC Wildfire Service

Environnement & Animaux

Après une vague de chaleur inédite qui a fait des centaines de morts, ce sont maintenant des incendies qui ravagent l’Ouest du Canada et la Californie.

 

Vendredi dans la soirée, le nombre d’incendies continuait d’augmenter en Colombie-Britannique, s’établissant à 152, dont 89 au cours des deux derniers jours. Ces incendies étaient notamment recensés au nord de la ville de Kamloops, située à 350 km au nord-est de Vancouver. Un millier de personnes ont été évacuées jeudi dans la province, où un incendie de forêt a brûlé près de 90 % du village de Lytton.

Lire aussi > En images : un dôme de chaleur s’est abattu sur l’Amérique du Nord

Les experts estiment que cette vague de chaleur, qui a déclenché des alertes à la canicule dans des zones où habitent des millions de personnes et a fait près de 700 morts au Canada et au moins 16 aux États-Unis, a été provoquée par le réchauffement climatique. « Les conditions météorologiques extrêmes que la Colombie-Britannique a connues au cours de la dernière semaine sont un facteur important qui contribue à l’augmentation du nombre de décès », a commenté Lisa Lapointe, la médecin-légiste en chef de la Colombie-Britannique, dans un communiqué. « Nous serons là pour venir en aide à la Colombie-Britannique et à travers le pays », a promis le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Un village détruit à 90 %

Le village de Lytton, à quelque 250 km au nord-est de Vancouver, désormais célèbre pour avoir enregistré cette semaine un record national de chaleur à 49,6° Celsius, a été presque entièrement détruit. Les 250 habitants avaient été évacués mercredi soir en raison d’un feu qui s’est propagé très rapidement. L’ordre d’évacuation avait ensuite été étendu, dans la nuit de mercredi à jeudi, aux résidents d’une centaine de propriétés au nord de Lytton. « 90 % du village est brûlé, y compris le centre-ville », a indiqué jeudi Brad Vis, député de la circonscription, sur Facebook.

Un habitant de Lytton, Jeff Chapman, a expliqué à la chaîne anglophone CBC, avoir vu, impuissant, ses parents mourir dans l’incendie de la ville après qu’un poteau électrique fut tombé sur l’abri dans lequel ils se trouvaient. « Je ne peux qu’insister sur le fait que le risque d’incendie est actuellement extrême dans presque toutes les régions de la Colombie-Britannique et j’exhorte les Britanno-Colombiens à écouter attentivement les autorités et à suivre les directives », a prié le Premier ministre de la province John Horgan.

Une durée inquiétante

Vendredi, la vague de chaleur se maintenait dans les prairies du centre du Canada. Outre la Colombie-Britannique, des avertissements de canicule ont été lancés pour les provinces de l’Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, ainsi qu’une partie des territoires du Nord-Ouest, et désormais au nord de l’Ontario. « La canicule dangereuse de longue durée persistera » et continuera d’occasionner du temps « très chaud » pour les « deux prochains jours », prévoyait Environnement Canada, vendredi en fin de journée, dans plusieurs bulletins concernant des régions de Colombie-Britannique. « La durée de cette canicule est inquiétante, car il y a peu de répit de la chaleur la nuit en raison des températures nocturnes élevées », selon cette même source.

Les Etats américains du Washington et de l’Oregon, de l’autre côté de la frontière, ont également étouffé cette semaine sous des températures record. Des centaines de pompiers s’efforçaient vendredi d’endiguer trois feux de forêt qui ont dévoré plus de 15 000 hectares dans le nord de la Californie, y compris dans une zone touristique qui s’apprêtait à accueillir de nombreux visiteurs pour le long week-end de la fête nationale du 4 juillet. Plus de 500 éclairs ont été enregistrés en Californie au cours des dernières 24 heures, menaçant de causer davantage de départs de feu.

Avec l’AFP

CIM Internet