Paris Match Belgique

Animal Rights diffuse de nouvelles images en caméra cachée de maltraitance envers des poussins

Flickr @LAD Photo Librabry

Environnement & Animaux

L’organisation de défense du bien-être animal Animal Rights a diffusé de nouvelles images de maltraitance animale. Une vidéo a été tournée secrètement dans un élevage industriel de poulets. L’association dénonce certaines pratiques effectuées sur les poussins.


L’élevage en question est situé à Tielt, en Flandre occidentale, soit la même entité où Animal Rights s’était attaquée à un abattoir il y a quelques semaines. L’abattoir de Tielt avait déhà temporairement dû fermer ses portes à la suite de la diffusion d’images de maltraitance de porcs. Sur les nouvelles images diffusées ce jeudi 15 juin (à retrouver ici), on aperçoit des collaborateurs de l’élevage trier les poussins. Les poussins y sont engraissés et prêts pour l’abattage en moins de six semaines. Si l’un des animaux n’est pas jugé « conforme », il est alors jeté vivant parmi les coquilles d’œufs. D’autres poussins sont noyés dans un seau d’eau ou atterrissent dans un container de déchets. « Les poulets peuvent à peine tenir sur leurs pattes », souligne Nadine Lucas, présidente d’Animal Rights. Les images ont été prises en caméra cachée.

Lire aussi > Vidéos en abattoir : choquer les âmes sensibles pour dénoncer des pratiques insensibles

Les poussins sont ensuite vendus à des élevages avant d’être destinés à l’abattoir. L’entreprise visée ne voulait pas réagir à ces images jeudi matin qu’elle disait ne pas avoir encore vues. De son côté, Animal Rights souligne que son initiative ne vise pas à cibler une seule firme. « Il s’agit d’une problématique propre à tout un secteur », a commenté Benoit van den Broeck, coordinateur de campagne au sein de l’organisation. « Des pratiques comme celles que nous voyons sur ces images ne constituent pas une exception. La Flandre est d’une certaine manière parsemée d’élevages de volaille où de tels faits sont courants ». L’association a lancé sur son site internet une pétition dans laquelle elle appelle les autorités flamandes à cesser la promotion de la viande et des produits laitiers.

Jeter des animaux, briser systématiquement le cou des poussins ou les noyer est insupportable. Cela révèle une fois de plus que nous sommes encore loin du compte en Flandre en matière de bien-être animal, si nous voulons qualifier notre pays de civilisé.

Suite à la diffusion de ces nouvelles images, le ministre flamand en charge du Bien-être animal, Ben Weyts (N-VA), a dépêché une équipe de l’inspection sociale auprès du couvoir industriel de Tielt. « J’attends encore un rapport de l’inspection aujourd’hui sur la base duquel nous prendrons des mesures d’urgence », a indiqué le ministre. « Je me rends compte qu’il ne s’agit que d’une sélection d’images, mais ces pratiques répugnantes montrent que l’activité d’abattage dans le secteur de la volaille doit aussi être tenue à l’œil », a réagi M. Weyts. « Jeter des animaux, briser systématiquement le cou des poussins ou les noyer est insupportable. Cela révèle une fois de plus que nous sommes encore loin du compte en Flandre en matière de bien-être animal, si nous voulons qualifier notre pays de civilisé ».

Lire aussi > Les animaux désormais « êtres sensibles » en Wallonie : ça change quoi ?

« Dès que nous disposerons de plus de données sur ces élevages, on peut s’attendre à une visite éclair en ces endroits également », a ajouté le ministre. Il a précisé qu’à partir du 1er juillet les effectifs de l’inspection du bien-être animal seraient doublés.

(Avec Belga)

CIM Internet