Paris Match Belgique

Menace sur le Nil : un milliard de personnes menacées par les inondations d’ici 2050

Les populations des pays bordant le bassin du Nil pourraient doubler d'ici 2050. | © EPA/MIKE NELSON

Environnement

Tandis que la population bordant le Nil ne cesse d’augmenter, des scientifiques mettent en garde contre les changements climatiques imprévisibles auxquels l’Egypte va devoir faire face.

Le Nil, source principale d’eau dans la région, est sous sérieuse pression.

Le fleuve africain risque de voir encore grandir les populations qui bordent ses terres. Près d’un milliard d’êtres humains en plus, selon un rapport des Nations Unies estimant que la population des pays bordant le bassin du Nil pourrait très probablement doubler d’ici 2050. Un boom démographique qui limiterait drastiquement les ressources en eau, déjà très limitées dans la région.

Menaces d’inondations et de sécheresse

Un nouveau rapport indique que les bouleversements climatiques vont s’additionner à une crise aggravée aux abords des plus grandes rivières du monde. Des inondations dévastatrices suivies d’intenses périodes de sécheresse résulteront du réchauffement planétaire – qui ne permet plus de prévoir le niveau des rivières – précise le rapport.

Le processus est d’ailleurs déjà enclenché dans ces régions, notamment en Ethiopie et au Soudan où se sont abattues autant d’inondations que de vagues de sécheresse. « Ce n’est pas quelque chose d’abstrait », écrit le Professeur Elfatih Eltahir, l’un des auteurs du rapport. “C’est en train d’arriver, maintenant.”

Lire aussi : Chambre forte de la biodiversité mondiale, l’Arche de Noé végétale est menacée d’être inondée

Selon les chercheurs, cette variabilité du niveau des eaux du Nil résulte du réchauffement climatique qui ne cesse d’accentuer le redoutable El Niño. Phénomène climatique caractérisé par des températures anormalement élevées de l’eau dans l’océan Pacifique, le cycle voit grimper son intensité et sa durée, au détriment de certaines régions menacées.

© EPA/MOHAMED MESSARA

Traditions perturbées

Les inondations fréquentes autour du Nil, indispensables pour fertiliser les terres dans le delta du Nil et ailleurs, ont toujours fait partie du rythme de vie dans la région et ce depuis des millénaires. Autrefois, les grands prêtres des temples égyptiens avaient construit une série de dispositifs pour prédire et surveiller les niveaux d’eau. Mais les changements climatiques perturbent désormais ces traditions.

Lire aussi : Barques sur le Nil : l’Égypte fait son retour chez les voyagistes

Le rapport indique que si le monde continue sur la même trajectoire, sans réduction majeure des émissions de gaz à effet de serre, l’évolution des précipitations entraînera une augmentation moyenne du débit du Nil entre 10 et 15 pour cent.

© EPA/KHALED EL-FIQI

Mieux gérer les niveaux d’eau

Vital pour les populations ainsi que pour soutenir le secteur agricole et industriel du pays, le Nil menace d’inonder des régions qui en dépendent cruellement. Pour éviter la catastrophe, les auteurs du rapport insistent sur la nécessité de gérer efficacement les niveaux d’eau ainsi que le stockage des réservoirs le long du Nil.

Si la bataille pour la protection de la plus longue rivière du monde dure depuis des années, les chercheurs espèrent que les résultats de leur étude conduiront à des politiques de long terme pour une meilleure gestion de la rivière.

 

 

 

 

CIM Internet