Paris Match Belgique

Royaume-Uni : Le vol en jet privé de Boris Johnson pendant la COP26 ne passe absolument pas

boris johnson jet privé cop26

Boris Johnson, encore un faux pas. | © Oli SCARFF / AFP.

Environnement & Animaux

L’opposition britannique a fustigé « l’hypocrisie » du Premier ministre Boris Johnson, après la parution d’un article dans le Daily Mirror rapportant que le dirigeant s’est permis un vol en jet privé depuis Glasgow, où se déroule actuellement la conférence internationale sur les changements climatiques COP26, jusqu’à Londres pour assister à un dîner dans un club réservé aux hommes.

 

Le journal a publié des photos de Boris Johnson quittant mardi soir le Garrick Club, un établissement sélect de la capitale anglaise. Le Premier ministre conservateur y aurait assisté à un dîner avec d’anciens journalistes du Daily Telegraph, journal pour lequel il a officié.

Lire aussi > COP26 : Elizabeth II s’adresse aux dirigeants dans un rare discours politique et engagé

Après sa dernière intervention face à la presse à Glasgow, le chef du Parti conservateur avait l’opportunité de prendre le train, bien que le trajet lui aurait alors pris 4,5 heures, notait le quotidien de référence The Guardian. Un choix « choquant », a dénoncé Anneliese Dodd, la présidente du Parti travailliste (Labour, gauche). Pour la parlementaire, alerter à Glasgow les dirigeants mondiaux sur les catastrophes dues aux changements climatiques, puis partir pour Londres en jet privé montre que les mesures plaidées pour faire face aux enjeux climatiques « valent pour le reste du monde, mais pas pour les conservateurs ».

Le cabinet de Boris Johnson a réagi en estimant que ces critiques étaient exagérées. Un porte-parole a fait valoir que la possibilité pour le Premier ministre de voyager dans tout le Royaume-Uni primait. « Les contraintes de sécurité et de temps sont étudiées dans toutes les décisions relatives aux déplacements », a-t-il déclaré.

Lire aussi > Kate et William, les autres stars de la COP26

M. Johnson aurait en outre parcouru les quelques centaines de kilomètres séparant Glasgow de Londres à bord d’un appareil peu gourmand en carburant, un combustible « parmi les plus durables » ayant été par ailleurs choisi.

Avec Belga

CIM Internet