Paris Match Belgique

Les températures menaçant la vie humaine seront plus fréquentes d’ici 2050

Les températures menaçant la vie humaine seront plus fréquentes d'ici 2050

Les vagues de chaleur devraient devenir plus fréquentes à l'avenir, à cause du réchauffement climatique. | © Pexels / Andrea Piacquadio

Environnement & Animaux

La population mondiale sera plus souvent confrontée à des températures « dangereuses » de plus de 39°C.

 

Les vagues de chaleur mettant en danger la vie humaine devraient devenir plus fréquentes à l’avenir, à cause du réchauffement climatique. Le nombre de jours lors desquels les populations mondiales seront confrontées à des températures « dangereuses » de plus de 39°C risque d’augmenter significativement d’ici 2050, principalement dans les régions tropicales et subtropicales. L’Europe occidentale ne sera pas non plus épargnée, préviennent jeudi des scientifiques américains dans une nouvelle étude.

La recherche, dirigée par Lucas Vargas Zeppetello de l’Université de Washington à Seattle, a été publiée dans la revue scientifique Communications Earth & Environment. L’équipe de recherche s’est basée sur l’indice de chaleur du service météorologique des États-Unis NWS, qui utilise une sorte de température ressentie tenant compte des effets des températures et de l’humidité relative sur les êtres humains. À partir d’une température ressentie de 39,4°C, la situation est considérée comme « dangereuse ». À partir de 51,1°C, elle devient « extrêmement dangereuse ».

Des températures autour de 50°C

Pour leurs projections, les scientifiques se sont basés sur des modèles climatiques intégrant notamment les prévisions démographiques et l’évolution du PIB dans chaque pays et région. La quantité de CO2 émise par les différentes industries a également été prise en compte. Sur cette base, trois scénarios ont été établis : un favorable, un défavorable et un moyen.

Même en atteignant les objectifs fixés par l’Accord de Paris, c’est-à-dire limiter le réchauffement planétaire à moins de +2°C, les scientifiques prévoient que d’ici 2100, les États-Unis, l’Europe occidentale, la Chine et le Japon seront confrontés de trois à 10 fois plus de jours marqués par des températures dangereuses que durant la période 1979-1998.

Lire aussi > Les étés pourraient devenir « trop chauds pour les humains »

Dans le scénario moyen, soit une augmentation de la température mondiale moyenne de 3°C par rapport à l’ère préindustrielle, le nombre de jours où le seuil de 39,4°C sera atteint dans les zones tropicales et subtropicales augmentera de 25 à 50% à partir de 2050.

D’ici la fin du siècle, la majorité des journées atteindront de telles températures dans de nombreuses régions tropicales et subtropicales. Cela impacterait principalement l’Afrique subsaharienne, la péninsule arabique et l’Inde. Ces régions vivraient même plus de 15 jours par an avec une température « extrêmement dangereuse », soit plus de 51,1°C.

Avec Belga

CIM Internet