Paris Match Belgique

Des milliers de mousses jaunes s’échouent sur les plages du Nord

Un paysage surréaliste. | © Facebook @SeaMerAsso

Environnement & Animaux

Des milliers de morceaux de mousses se sont mystérieusement échoués sur des plages du nord en France. Des analyses sont en cours pour déterminer leur origine. 

 

Depuis vendredi, la Côte d’Opale est le théâtre d’un spectacle rare et alarmant. Au gré des marées, de nombreux morceaux de bouts de mousses de couleur jaune se déversent sur les plages, suscitant l’inquiétude des locaux. « C’est du jamais vu. C’est un échouage exceptionnel », confie Jonathan Hénichart, président de l’association Sea-Mer, habitué aux ramassages des détritus sur les plages nordistes. Non identifiées, ces substances ressembleraient à de la paraffine industrielle. « Ça sent le dérivé de produits pétrolier. On ne peut pas en dire plus. Peut-être que c’est le produit de base de la mousse polyuréthane, celle que l’on utilise beaucoup dans le bâtiment, mais ça sent quand même la paraffine », explique l’homme au micro de BFMTV.

Le premier signalement a été fait le 14 juillet, au Portel. Depuis, 15 autres endroits auraient été victimes de cet échouage massif, de Quend Plage au Cap Gris-Nez, soit sur une centaine de kilomètres. De nombreuses personnes ont publié des images de ces mousses étranges sur les réseaux sociaux. Sont-elles dangereuses pour la santé ? Selon la préfecture du Pas-de-Calais, elles ne présenteraient aucun « danger grave pour la santé publique, la faune ou la flore ». Des échantillons ont été envoyées pour analyse au Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (CEDRE), à Brest, et les résultats devraient êtres connus sous 48 heures, a informé la préfecture dans un communiqué publié lundi. Interrogé par La Voix du Nord, Jonathan Hénichart émet l’hypothèse qu’il s’agisse d’une « graisse liquide rejetée en pleine mer à haute température par des bateaux et qui se serait figée dans l’eau froide ». Il conseille vivement de ne pas y toucher, et d’attendre les résultats.

Lire aussi > Cap sur les 10 plus belles plages du monde

« Nous répétons que nous ne pouvons connaître la nature exacte du produit avant d’avoir les résultats des analyses et qu’il faut donc éviter de laisser les enfants jouer à proximité de ce produit sur les plages ! La Préfecture prend en ce moment les choses en main. Des nettoyages citoyens pourraient être organisés d’ici peu mais ne le faite pas à votre propre initiative car les déchets devront être traités de manière adaptée ! », écrit l’association Sea-Mer sur sa page Facebook.

CIM Internet