Paris Match Belgique

Pourquoi Bill gates investit dans les… rots de vaches

les vaches expulsent du méthane (CH4) en éructant, contrairement à une idée répandue qui attribuent ces rejets à leurs flatulences. | © FETHI BELAID / AFP

Environnement & Animaux

Bill Gates investit dans une start-up pour réduire les émissions de méthane des bovins ! Il y a une raison environnementale derrière cette implication.


Le milliardaire américain Bill Gates a investi dans une start-up australienne qui met au point des additifs alimentaires afin de réduire les émissions de méthane des bovins. Le fondateur de Microsoft a réalisé son investissement par le biais de la société Breakthrough Energy Ventures, qui a pris une participation dans Rumin8.

La start-up australienne travaille sur un additif alimentaire à base de bromoforme, un composé chimique contenu dans certaines espèces d’algues et qui réduirait, selon certaines études, jusqu’à 98% des émissions de méthane des bovins.

Le bilan environnemental de l’élevage bovin est alourdi par le processus de digestion des vaches qui expulsent, en éructant, du méthane, dont le pouvoir réchauffant est bien supérieur au dioxyde de carbone.

Comme l’explique d’ailleurs aujourd’hui sur sa page Linkedin l’ingénieur et conférencier Jean-Marc Jancovici, auteur du best-seller BD 2022 avec Un monde sans fin, « dans les émissions d’origine agricole, l’un des postes importants en France est le méthane émis par le cheptel bovin. Ce méthane vient de la fermentation des végétaux dans la panse de ces grosses bestioles, et ressort sous forme de rots pour l’essentiel ».

Prise de conscience chez Danone…

Les éleveurs ne peuvent pas empêcher les vaches de roter mais ils peuvent affiner la gestion des troupeaux: c’est ainsi que le géant agroalimentaire Danone compte réduire de 30% d’ici à 2030, par rapport à 2020, les émissions de gaz à effet de serre des animaux qui le fournissent en lait. « On va voir comment on peut améliorer les pratiques de façon générale sur les fermes », a déclaré mi-janvier à l’AFP Jeanette Coombs-Lanot, porte-parole du groupe français.

Recours à des races moins émettrices, optimisation des régimes alimentaires, maintien prolongé en production des vaches, captation des émissions du fumier pour les valoriser en biogaz… Autant de leviers que Danone prévoit d’actionner, via un accompagnement financier et technique des éleveurs, pour améliorer le bilan environnemental de ses yaourts et produits laitiers (vendus notamment sous les marques Activia et Actimel).

L’élevage bovin contribue au réchauffement climatique en grande partie du fait du processus de digestion propre aux ruminants: les vaches expulsent du méthane (CH4) en éructant, contrairement à une idée répandue qui attribuent ces rejets à leurs flatulences.

Avec Belga

 

CIM Internet