Paris Match Belgique

Nicolas Hulot prend de la distance vis-à-vis des produits Ushuaïa

Nicolas Hulot, le 2 août 2017. | © BELGA/AFP PHOTO/STEPHANE DE SAKUTIN

Environnement

Le ministre de la Transition écologique en France avait demandé qu’un décret clarifie ses liens avec la marque Ushuaïa et avec sa fondation.

 

Nicolas Hulot va se tenir à l’écart des activités de la fondation qui porte son nom comme de la marque de cosmétiques Ushuaïa dans le cadre de ses activités gouvernementales, selon un décret paru vendredi et pris à la demande du ministre. Le ministre de la Transition écologique « ne connaît pas des actes de toute nature relatifs : 1. à la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme; 2. au développement, à la fabrication et à la commercialisation de produits cosmétiques », indique le décret du Premier ministre paru au Journal officiel.

Lire aussi > Nicolas Hulot s’engage à fermer jusqu’à 17 centrales nucléaires d’ici 2025

Nicolas Hulot avait créé en 1990 une fondation portant son nom pour la défense de l’environnement. Il a démissionné de sa présidence lors de sa nomination au gouvernement français au printemps, laissant la place à la journaliste Audrey Pulvar. L’ONG a également été rebaptisée simplement Fondation pour la nature et l’homme (FNH).

Des royalties sur une marque qui appartient à TF1

Ancien animateur de l’émission de télévision Ushuaïa, Nicolas Hulot touche par ailleurs des royalties sur l’exploitation de cette marque, qui appartient à la chaîne TF1. Des produits cosmétiques (gels douche, déodorants, shampoings) sont notamment commercialisés sous ce nom par L’Oréal.

Selon la déclaration d’intérêts de Nicolas Hulot auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, il a perçu l’an passé 248 946 euros de « rémunération ou gratification » de sa société Eole Conseil. Cette société a notamment pour objet de réceptionner les profits générés par la vente des produits Ushuaïa, ainsi que l’indiquait Europe 1 dès 2011, alors que Nicolas Hulot était candidat à la primaire des écologistes.

CIM Internet