L’enfer du zoo « le plus populaire » d’Argentine où les animaux y sont drogués et enchaînés

L’enfer du zoo « le plus populaire » d’Argentine où les animaux y sont drogués et enchaînés

Une jolie photo qui cache pourtant une grande cruauté. | © Photo envoyée par Mariano G sur TripAdvisor

Environnement & Animaux

Depuis plusieurs années, des pétitions circulent afin de fermer le zoo de Luján à Buenos Aires. La raison : les animaux y sont enchaînés et drogués afin que les visiteurs puissent prendre la pose avec eux. Scandaleux.

 

Au zoo de Luján, les animaux sont loin de vivre un rêve. Très loin même. Ouvert en 1994 dans l’ouest de Buenos Aires en Argentine, le zoo s’autoproclame sur son site comme étant « le plus populaire d’Argentine » où l’on pratique « la thérapie par le contact avec les animaux ». Sauf que leur thérapie consisterait en fait à droguer les fauves dans le seul but que les touristes puissent prendre des photos avec eux.

Lire aussi > Tunis : Le fin de l’enfer pour les animaux du zoo du Belvédère ?

Car oui, pour un ticket d’entrée à 12 euros environ, ce zoo propose aux visiteurs plusieurs activités comme donner le biberons aux tigres, se balader dans une fosse aux lions, donner des carottes aux giraffes, caresser les ours, prendre des selfies avec les lions… En temps normal, des activités totalement interdites et surtout des plus dangereuses, sauf quand l’animal est totalement shooté aux médocs, et ce H24. Car oui, le zoo est ouvert tous les jours, toute l’année.

© Photo envoyée par Arturo191420 sur TripAdvisor

Pourtant, le zoo se défend d’avoir recours aux sédatifs et explique que si les animaux sont si « calmes » au contact des humains, c’est qu’ils y sont habitués dès leur naissance. Au Daily Mail, Claudio Neva, le directeur du zoo déclarait même en 2009 : « nous nourrissons tous les animaux, et surtout les prédateurs, donc ils ne sont pas affamés quand un humain entre dans leur cage ». Et d’ajouter : « Ce serait impossible de constamment droguer les animaux car ils tomberaient malades et finiraient par mourir ».

Lire aussi > Irak : les animaux réfugiés du zoo de Mossoul

Comme le précise Konbini, histoire de se donner encore plus une belle image et gommer ses atrocités, l’établissement propose aussi des activités dites de zoothérapie (« une thérapie qui utilise la proximité d’un animal domestique ou de compagnie, auprès d’un humain souffrant de troubles mentaux, physiques ou sociaux pour réduire le stress ou les conséquences d’un traitement médical ou des problèmes post-opératoires ») qui mettent en contact des enfants handicapés avec des animaux domestiques comme des chèvres ou des poneys.

Le pire dans tout ça, c’est que le zoo affiche même fièrement sur son site sa médaille TripAdvisor 2015. Effectivement, il est classé deuxième meilleure attraction de la province et affiche une moyenne de quatres étoiles sur cinq. Sauf que parmi les 3 574 commentaires, une pluie de critiques : « Ils passent leur journée à dormir », « Une honte », « Une escroquerie et une honte pour le pays et les visiteurs », « Animaux maltraités », « Ce zoo doit fermer ». Comble du comble, parfois, le directeur des relations clients y répond en osant même la comparaison du zoo à de grandes institutions comme l’Union pour la conservation de la nature (UICN) ou encore l’UNESCO, en clamant faire la « promotion active de la conservation de la biodiversité et de l’environnement » et expliquant « sensibiliser les enfants à un comportement et un mode de vie plus respectueux de l’environnement »

A post shared by ♡ayano homma♡ (@aaa_n) on

A post shared by ↯ (@eu.sobral) on

Mais alors pourquoi l’un des plus grands sites de voyage au monde continue de faire la promotion de ce lieu ? Surtout qu’en octobre dernier, TripAdvisor avait annoncé ne plus vendre de billets pour ce genre d’établissement et s’engager « à améliorer les normes de bien-être en matière de protection de la faune dans le tourisme avec des efforts de recherche axés sur l’industrie et des politiques de réservation ».

Malgré les associations de protection animale comme Saving The Lion qui condamnent les pratiques du zoo depuis plusieurs années et les nombreuses pétitions en ligne demandant la fermeture du lieu et le relogement des animaux, le zoo continue de faire la sourde oreille et les touristes continuent d’y aller et de se prendre fièrement en photo avec.

Mais tout espoir n’est pas perdu. Pour rappel, après 140 ans d’existence, le plus vieux zoo de Buenos Aires fermait ses portes l’année dernière suite à la mobilisation de défenseurs des animaux qui dénonçaient les conditions de vie précaires des animaux. Sauf que… comme l’a indiqué le site MaxiSciences en mai, les animaux seraient toujours en cage : « la majorité des animaux du zoo sont encore sur place dans un environnement jugé « délabré » selon l’ONG Fundacion Azara.

CIM Internet