Paris Match Belgique

Exotiques mais pas domestiques : faut-il arrêter d’adopter les hérissons ?

Car un hérisson est fait pour vivre dans la nature et non aux côtés des humains. | © Instagram @hedgehog_azuki

Environnement & Animaux

On voit de plus en plus ces petites créatures piquantes et craquantes sur Instagram. Et cela nous donne surtout envie de les adopter. Une envie que l’on se doit de réfréner si l’on veut le bonheur des hérissons.

 

Il existe plusieurs espèces de hérissons. Ceux que l’on croise au bord des routes ne sont pas ceux que l’on voit sur Instagram comme Mr Pokee par exemple, qui fait le tour du monde avec sa maîtresse. Eux, ce sont des petits hérissons pygmées d’Afrique. Et quand on regarde les photos du hérisson globe-trotteur, on a l’impression qu’il coule des jours heureux, et on en vient même à l’envier, lui, qui voyage plus que nous.

Mais même si Mr Pokee est loin d’être maltraité et que sa maîtresse l’aime sûrement beaucoup, il n’est pas fait pour vivre dans un tel environnement. Car les hérissons sont des créatures exotiques et non domestiques. C’est une association britannique de défense des animaux qui a tiré la sonnette d’alarme comme le rapporte la chaîne BBC. Dans son communiqué, la RSPCA (Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals) s’inquiète sur tout cette folie créée autour de ces mammifères hérissés, avec toutes ces photos de mini-hérissons « trop mignons » qui pullulent sur Instagram.

Car un hérisson est un animal demandant beaucoup d’attentions et de soins particuliers, ce qui conduit parfois leurs propriétaires à les abandonner, comme le 11 août dernier où l’association en a recueilli un totalement effrayé et apeuré. Une situation qui fait d’ailleurs écho à la mode des chihuahuas il y a quelques années, où tout le monde se mettait à les adopter car « trop mignons » et finissaient par les abandonner, les refuges étant alors surpeuplés de ces petits chiens. Mais contrairement aux chihuahuas, les hérissons ne sont pas des animaux de compagnie, et surtout, ils sont faits pour vivre dans la nature.

 

Comme l’explique la scientifique Nicola White de la RSCPA, les hérissons « exigent un engagement considérable » et ont besoin de vivre dans un environnement adapté, similaire à leur habitat naturel. « Il est difficile de répondre adéquatement aux besoins de cet animal dans un environnement domestique » ajoute-t-elle. Venant d’une zone semi-aride en Afrique, ces petits animaux piquants doivent évoluer dans un environnement où la température se situe entre 24 et 30 degrés. En dessous de 18 degrés, le froid pourrait « induire une torpeur, une forme d’hibernation chez l’animal » et au-dessus des 30 degrés, il risquerait un coup de chaleur.

Lire aussi > Vers la fin des hérissons ?

Et plus que des grandes cages à hamsters, les hérissons qui sont adoptés comme des animaux domestiques ont besoin d’un grand enclos « pour creuser des trous, se nourrir et faire de l’exercice », où la température est constamment surveillée et où son alimentation adaptée. Interrogée par la BBC, Emma qui élève des hérissons depuis dix ans, concède de la difficulté épineuse de s’occuper de ces animaux miniatures et de la grande attention qu’ils requièrent. Elle avoue qu’elle était à des « millions d’années-lumière » d’imaginer que les hérissons auraient pu devenir si populaires et elle s’inquiète des effets d’une telle demande sur leur bien-être : « de plus en plus de mauvais éleveurs ont inondé le marché ». Enfin, elle admet que cela peut devenir rapidement un « gros problème » si plein de gens se mettent à en adopter sans savoir comment réellement s’en occuper.

CIM Internet