Paris Match Belgique

En Guadeloupe, chacun se prépare différemment à l’arrivée de Maria

Les locaux utilisent des planches en bois pour protéger leurs fenêtres. | © AFP PHOTO / Cedrick Isham CALVADOS

Environnement & Animaux

Les Guadeloupéens se préparent à résister à Maria. Sur l’île, chacun a sa propre manière d’anticiper cet ouragan « potentiellement catastrophique ».

L’ouragan Maria, de force 5, est en passe d’atteindre la Guadeloupe. Des vents moyens de 150 km/h et des rafales à 200 km/h ont été annoncés par Météo-France. Sur l’île, chaque habitant se prépare à tenir tête à sa façon.

Les Guadeloupéens s’arment de patience

Certains suivent les conseils des autorités à la lettre et restent cloîtrés chez eux, en rongeant leur frein. « On est confinés à l’intérieur de la maison. Il y a beaucoup de vent et des pluies incessantes, c’est une soufflerie permanente », a témoigné Raymond depuis la Guadeloupe, pour RTL.

On prend notre mal en patience

« On prend notre mal en patience, il n’y a pas grand-chose à faire d’autre », a-t-il conclu alors que l’île se tient en vigilance violette, l’alerte maximale. Les autorités ont indiqué aux habitants de se préparer pour « l’hypothèse la plus pessimiste ». Sur les réseaux sociaux, elle a fait passer un message : ne sortir sous aucun prétexte pour le moment.

Lire aussi > Après Harvey, Irma et José, au tour de Marie de faire trembler l’Atlantique

Résister à plusieurs

Certains ont choisi de se regrouper plutôt que de rester isolés pendant l’ouragan. C’est le cas de six amis réunis à Sainte-Anne qui tentaient d’évacuer leur inquiétude en partageant un bon repas et en échangeant sur les réseaux sociaux, a constaté une correspondante de l’AFP. L’ouragan Maria a déjà tout emporté sur son passage en Martinique dans la nuit de lundi à mardi, privant ainsi 35 000 personnes d’électricité.

Les vétérans n’ont pas peur de Maria

Pour certains vétérans, c’est un autre son de cloche : Maria n’a pas de quoi les faire sourciller. «Quand on a connu Hugo (cyclone dévastateur en 1989, NDLR), on n’a plus peur de rien», a rigolé Liliane, une dame de près de 60 ans interrogée par Le Figaro devant un supermarché. Le gouvernement a tout de même agi à la hauteur de l’événement. Les écoles, les administrations et les entreprises ont été fermées. Les hôpitaux se tiennent près. Un « dispositif de sécurité maximal » a été mis en place, selon la préfecture de Guadeloupe.

Lire aussi > En Floride, un hôtel a recueilli 1000 chiens pour les protéger de l’ouragan Irma

Hésitation

D’autres habitants sont partagés. Ils hésitent encore à quitter leur foyer. Élodie Corté, 37 ans, et qui réside sur la côte, se pose la question de partir ou pas. Des vagues impressionnantes y sont attendues. « J’attends la confirmation officielle de la montée des eaux, qui pourraient s’élever jusqu’à 4 m», a-t-elle confié dans Le Figaro. Ceux qui choisissent de rester protègent leurs maisons avec les moyens du bord. Ils renforcent leurs fenêtres avec des planches en bois, posent des bâches sur leurs meubles et placent des serpillières près des portes pour atténuer les fuites possibles.

CIM Internet