Paris Match Belgique

Al Gore soutient la transformation d’un « continent de déchets » en pays

Le "contient de déchets" fait désormais la taille de la France. | © EPA/LARRY W. SMITH

Environnement

Au Nord du Pacifique, un contient de plastique vient d’atteindre la taille de la France. Une ONG propose d’en faire une nation à part entière.

Et si nous devenions les citoyens d’un continent de déchets plastiques ? La question est tout à fait sérieuse. Elle vient d’être avancée par une ONG, Plastic Oceans Foundation. Au Nord de l’Océan Pacifique, les détritus et autres morceaux de plastiques s’amoncellent depuis des années. On appelle cette étendue la Grande zone d’ordures du Pacifique (GPGP, pour Great Pacific Garbage Patch, ndlr) Elle inquiète de plus en plus, car elle vient d’atteindre une superficie de 640 000 km2, soit la taille de la France.

Lire aussi > Antarctique : un des plus gros icebergs jamais vus se détache du continent

Al Gore, premier citoyen du nouveau pays

Afin d’attirer l’attention du public sur cette problématique environnementale. Plastic Oceans Foundation a multiplié les parteneriat. Son premier soutien de poids : Al Gore, l’ancien vice-président des États-Unis. Dans une vidéo, celui qui a aussi réalisé des films sur la protection de l’environnement explique qu’il souhaite devenir le premier citoyen de ces « Îles Détritus ». L’ONG s’est associé à la page britannique LadBible, spécialisé dans le contenu sur les réseaux sociaux, pour faire passer son message.

Une pétition pour convaincre les Nations Unies

L’organisation prévoit de soumettre son initiative devant les Nations Unies, alors même que son Assemblée générale vient de débuter ce lundi 18 septembre. Une pétition a été mise en ligne sur change.org. Elle a déjà récolté plus de 100 000 signatures à ce jour. « La campagne assure que, d’après l’article de la Convention de Montevideo de 1993 concernant les droits et devoirs des États, un pays doit pouvoir : définir son territoire, former un gouvernement, interagir avec d’autres États et avoir une population permanente », explique Quartz. Selon l’ONG, ce « continent de déchets » répondrait bien à ces quatre critères. Il pourrait donc devenir un pays à part entière.

Lire aussi > Mont-Blanc : le « Toit de l’Europe » perd un centimètre, faut-il s’inquiéter ?

Les passeports sont déjà prêts

Deux publicitaires et un designer se sont également associés au projet. Ils ont conçu des passeports, des billets de banque et même des timbres qui rassemblent à s’y tromper à de véritables documents officiels.

« Même si la tentative de faire reconnaître les Îles Détritus échoue, cela aura au moins le mérite d’attirer l’attention sur un problème grandissant », conclut Quartz. Nous saurons bientôt si ce continent de déchets plastiques deviendra bien le 196ème pays du monde.

CIM Internet