Paris Match Belgique

En Chine, un faux vétérinaire coupait les cordes vocales des chiens pour les faire taire

Il effectuait plus de 10 opérations en une heure. | © EPA/PAUL HILTON

Environnement

Dans le sud-ouest de la Chine, un homme qui se disait vétérinaire effectuait, en pleine rue, une « dévocalisation » sur des chiens, jugés trop « bruyants » par leur propriétaire.

Le chien est le meilleur ami de l’homme, mais cette amitié n’est pas réciproque chez certains. En Chine, un vétérinaire sans licence, connu sous le nom de Zeng, proposait ses services le long de la route, dans un marché de fleurs et d’oiseaux. Avec des longs ciseaux, de la corde et l’aide de son assistante, il coupait les cordes vocales de ces chiens, préalablement anesthésiés, pour les empêcher à l’avenir d’aboyer.

Lire aussi > Ces chiens qui marchent sur leurs pattes arrière : la souffrance animale derrière le buzz

Cette procédure qui indigne les associations et le grand public a été révélée par le journal de la région, Chengdu Business Dailya diffusé dimanche dernier une vidéo montrant le chirurgien autoproclamé en pleine action. Des images choquantes sous l’œil tranquille des propriétaires, plus inquiets pour le bien-être de leurs voisins que de la santé de leur chien. Ils payaient 6 à 10 euros, selon la taille de leur animal.

Sans autorisation

Le « vétérinaire » pratiquait ces opérations sur une simple table en bord de rue, laissant aucun doute sur le niveau d’hygiène. Alors que son assistance tenait la gueule du chien, il endormait les animaux, coupait leurs cordes vocales et jetait ensuite celles-ci et les seringues à même le sol, maculé de sang. Selon le quotidien, l’homme ne lavait pas non plus ses instruments entre les interventions, qui ont atteint le nombre de 10 en moins d’une heure.

Lire aussi > À Bali, les touristes mangent de la viande de chien sans le savoir

Dans la vidéo du journal, le journaliste qui a prétendu être un client potentiel pose quelques questions à ce vétérinaire qui avoue n’avoir aucune permission pour exercer ces opérations et déclare avoir appris « des autres » il y a quelques années, rapporte le Daily Mail« Pourquoi avoir besoin d’une licence ? L’inspection n’est pas stricte, personne ne vient contrôler ».

Son commerce a été fermé par les autorités et il fait désormais l’objet d’une enquête.

Une tendance dangereuse

Malheureusement Zeng n’est certainement pas le seul à réaliser ce genre d’opérations en pleine rue qui sont pourtant bien dangereuses pour les animaux. Selon une association médicale, la « dévocalisation » est une procésure invasive avec des risques d’infection, de perte de sang et d’autres complications sérieuses, rapporte le Daily Mail. « Les chiens pourraient avoir des difficultés pour respirer et augmenter son stress« . Une opération « pas nécessaire et cruelle » qui enlève leur capacité d’aboyer, de communiquer et donc de se protéger contre certaines menaces.

« C’est horrible de savoir que tant de chiens ont souffert entre les mains de ce vétérinaire sans licence« , a déclaré le porte-parole de Peta Asie, Keith Guo. Son association n’effectue pour le moment aucune campagne contre ces opérations en Chine mais ils travaillent pour sensibiliser les propriétaires à devenir plus responsables.

CIM Internet