Australie : Jusqu’à 90% des tomates sont mises à la poubelle à cause de leur apparence

Trop petites, trop grosses, pas assez rondes... | © Flickr, Mike Mozart.

Environnement & Animaux

Une étude révèle que 86,7% des tomates récoltées peuvent être jetées. Un chiffre vertigineux qui met en lumière la « culture du gaspillage alimentaire australien », estime le Guardian.

Il n’y a pas que la beauté qui compte. Il y a le goût. Pourtant, les tomates récoltées en Australie sont nombreuses à ne pas séduire les consommateurs. Jusqu’à 90% d’entre elles se font jeter, car ils les trouvent tout simplement moches.

Trop petites, trop grosses, trop imparfaites

C’est Tara McKenzie qui avance ce chiffre. La chercheuse de l’University of the Sunshine Coast a mené une recherche sur le phénomène, relayée par The Guardian. À différents moments de la chaîne de production (récolte, transport, stockage), les tomates récoltées par une ferme du Queensland se retrouvent à la poubelle. Alors qu’elles sont tout à fait comestibles. Alors que leur reproche-t-on ? D’être trop petites, trop grosses, pas assez rondes… En somme, d’être trop imparfaites pour répondre aux exigences du marché. Ainsi, entre 68,6% et 86,7% des tomates sont écartées.

Lire aussi > Des chercheurs affirment pouvoir redonner du goût aux tomates industrielles

Les agriculteurs manquent de soutien 

« Les standards que les supermarchés imposent aux agriculteurs sont très stricts, et les fermes sont obligés d’y répondre, car sinon les supermarchés se tournent vers d’autres fournisseurs », a expliqué le Dr Lila Singh-Peterson, coauteure de la recherche au Guardian. Le gouvernement  australien estime pourtant que le gaspillage alimentaire coûte 20 milliards de dollars chaque année. Mai les politiques ne semblent pas apporter de réel soutien aux agriculteurs. Down Under, seulement 4% des revenus des fermes sont dus à des budgets alloués par l’État. Bien loin des 61% accordés en Norvège, déplore la scientifique. « Nous avons abandonné les fermiers et on les laisse gérer seuls cette pression du marché », a-t-elle ajouté.

CIM Internet