Paris Match Belgique

Fjords sanglants : aux îles Féroé, la tradition du « grindadráp » continue

Les dernières images de l'organisation Sea Shepherd font froid dans le dos. | © Sea Shepherd Global

Environnement

L’association Sea Shepherd a dévoilé de nouveaux clichés sanglants pour dénoncer la traditionnelle chasse aux dauphins et aux baleines dans l’archipel danois.

La tradition fait couler toujours autant de sang. Chaque été, des dizaines de dauphins et cétacés sont massacrés dans l’archipel danois des îles Féroé. Une pratique « brutale » et « sanglante » dénoncée depuis des années par l’ONG maritime Sea Shepherd qui cette année encore, dévoile les images toujours aussi glaçantes de cette coutume controversée.

Fjords sanglants

Dans le cadre de la campagne « Operation Bloody Fjords« , l’association s’est infiltrée dans six villes des îles Féroé couvrant 19 baies de baleinières. L’objectif, « exposer le massacre barbare des dauphins et des baleines », a déclaré Robert Read, directeur de la campagne et de Sea Shepherd UK. Pendant dix semaines, de juillet à septembre, des équipes de volontaires se faisant passer pour des touristes ont documenté les traditionnels « grindadráp » (traduisez « mise à mort des baleines », en féroïen) afin d’envoyer un énième message de sensibilisation et faire cesser la tradition. Car si cette chasse culturelle est toujours pratiquée au Danemark, elle a pourtant disparu dans d’autres archipels de l’atlantique nord comme à Terre-Neuve ou au Groenland.

Lire aussi > Le génocide silencieux des requins

À travers leur immersion, les volontaires de Sea Shepherd témoignent des scènes de massacre. Selon eux, les chasseurs forcent les animaux à pénétrer dans la baie où ils sont abattus à l’aide d’une lance qui enserre leur cou et leur brise la moelle épinière. « Au fur et à mesure que les baleines arrivaient sur le rivage, on voyait de plus en plus de corps se débattre. Des crochets étaient enfoncés dans les évents des baleines qui étaient traînées sur la rive dans un jeu sadique de tir à la corde », témoigne l’un d’entre eux. D’après l’ONG, 198 dauphins à flancs blancs de l’Atlantique et 436 baleines-pilotes ont été tués.

© Sea Shepherd Global

Tradition intouchable

Vieille de plusieurs siècles, la tradition remonte au temps des premières colonies scandinaves, où la population de l’archipel – complètement isolée du monde – devait trouver de quoi se nourrir. Depuis, la viande et le lard de baleine font partie intégrante du régime alimentaire national. « Chaque baleine fournit aux communautés de l’archipel plusieurs centaines de kilos de viande qui autrement, auraient dû être importés de l’étranger », justifie le gouvernement qui réglemente la chasse.

Lire aussi > Malgré l’indignation générale, le Japon relance sa chasse à la baleine

Le même gouvernement accuse par ailleurs les équipes de Sea Shepherd de « dépeindre une image négative de la chasse aux baleines aux îles Féroé » en la jugeant « barbare, inutile, diabolique et folle » et en décrivant les Féroïens comme des « psychopathes sadiques », rapporte le Evening Standard. Non-membre de l’Union Européenne, cette entité indépendante du Danemark échappe en effet au règlement européen qui bannit ce type de chasse. Les autorités de l’archipel avancent que « quelques centaines d’animaux seulement sont tués, sur une population estimée à 750 000″. Pas de quoi fouetter… une baleine donc.

Une chasse cruelle et inutile

Pourtant, les associations de défense animale tirent chaque année la même sonnette d’alarme. En plus d’être cruelle, la chasse est jugée inutile car la plupart des cétacés abattus ne sont même pas consommés. La viande récupérée est notamment déconseillée par les autorités sanitaires en raison des nombreux polluants et métaux lourds stockés dans l’organisme des bêtes.

Lire aussi > Sea Shepherd désemparé face aux baleiniers japonais

Depuis des années, le groupe de conservation Sea Shepherd met tout en oeuvre pour lever le voile sur cette pratique vue comme un « divertissement » par toute une frange de la population féringienne. Désormais dans l’obligation d’avoir un visa pour pénétrer sur le territoire féringien, l’ONG a dû adopter une nouvelle stratégie pour continuer de porter la lutte contre cette chasse sur le terrain politique. « L’année 2017 a été l’une des pires de toutes avec 1203 baleines pilotes et 488 dauphins tués au cours de 24 chasses individuelles effectuées jusqu’à présent », a déclaré Robert Read, exhortant les gens à supporter la campagne « Bloody Fjords » pour « aider à mettre fin à ce massacre insensé ».

Sea Shepherd Global
CIM Internet