Paris Match Belgique

Black Friday : Un vendredi noir pour la réduction des déchets

black friday

L'entrepôt d'Amazon au Royaume-Uni, en pleine préparation du Black Friday. | © AFP PHOTO / CHRIS J RATCLIFFE

Environnement

Alors que le Black Friday est sur toutes les lèvres, cette journée de consommation compulsive débarque en pleine semaine européenne pour la réduction des déchets. Un comble.

Le vendredi le plus attendu de l’année est enfin là. Venu des États-Unis, le Black Friday a pris ses marques de l’autre côté de l’Atlantique. En Belgique, ce n’est que depuis 2016, que ce jour de promotions à gogo semble avoir trouvé son public. Mais s’il est arrivé plus tardivement dans le cœur des Belges, ces derniers ont rapidement rattrapé leur retard. Ce vendredi 24 novembre, journée fatidique, de nombreux magasins cassent leurs prix, les boîtes mail débordent de promotions en tout genre. De l’électroménager aux vêtements en passant par l’événementiel, tous glissent sur cette vague marketing pour attirer les consommateurs.

Si aux États-Unis le Black Friday prend des allures apocalyptiques avec des clients s’affrontant autour d’un écran plat, en Belgique, la guerre des promos se passent davantage en ligne. « Les volumes d’achat en ligne ont évolué de 107% lors du Black Friday de 2016 par rapport à celui de 2015 », selon les chiffres de MasterCard. Cette journée de soldes donne le top départ aux courses de Noël, autre période de surconsommation.

Lire aussi > Ô bon coin : Le SPF Finances belge vend quelques-unes des meilleures affaires du web

Zéro achat, zéro perte

En pleine Semaine Européenne de la Réduction des Déchets, ce jour dédié à la consommation compulsive pose question. Depuis le 18 novembre, la SERD incite les citoyens à redonner vie aux objets endommagés, « à réparer pour réutiliser ». Chaque année, des dizaines d’actions sont proposées en faveur de l’environnement. Cette fois-ci, elles sont plus de 50 rien qu’en Wallonie à montrer les bons gestes à adopter pour prolonger l’usage de ces objets mal-aimés.

Cette surconsommation ne plaît également pas à certaines associations comme GreenPeace qui invite le public à créer plutôt qu’acheter dans le cadre de sa nouvelle campagne MAKE SMTHNG (Faites quelque chose). « Le Black Friday est devenu l’un des principaux pics de consommation. (…) Cette tendance dangereuse nuit à notre planète. Nous achetons sans réfléchir une seule minute mais la perte que créons durera parfois pendant des siècles », explique Chiara Campione, la chef du projet. « Nous avons appris à penser que le bonheur vient de ce que nous achetons, alors que nous savons que le vrai bonheur vient de ce que nous pouvons créer. Faire des créations fantastiques à partir des objets que nous possédons déjà est beaucoup plus amusant, créatif et social que l’acheter ».

Lire aussi > Quand les nouveaux sites de vente en ligne réinventent la boutique

Have you got an old phone waiting to be #upcycled and #repurposed? Basically almost anything can become a cool vase for plants. Fun activities like this not only make things last longer, but also allows you to #create #unique things. The #maker of this creative idea is Crystal Poniente, the founder of the @botanical_project. Her project gives a new life to old forgotten vintage items to keep them out of the landfills by re-purposing them. . . . Do you have great #upcycling ideas? Tag us and use our #makesmthng to be featured here. We love fun upcycling ideas that also help us to repurpose old things and decrease our waste. . . . #makersgonnamake #buynothing #makesomething #fashion #fairfashion #inspiration #recycle #sustainable #ecofriendly #art #design #movement #instagood #photooftheday #beautiful #happy #upcycle #instagood #creativityfound #wearethemakers #makersmovement #plants #plantmakepeoplehappy #plantas

A post shared by MAKE SMTHNG (@makesmthng) on

Quand le Black Friday devient Green

En France, le réseau Envie organise un « vendredi vert » pour lutter contre ce vendredi noir pour l’environnement. Avec « Green Friday », ce réseau d’entreprises de l’économie sociale et solidaires veut montrer qu’il existe une consommation responsable, durable et surtout raisonnée, à l’opposé de la tradition américaine. Du 23 au 25 novembre, ils organisent des ateliers de rénovation et de réparation ainsi que des démonstrations des « gestes qui sauvent » les appareils ménagers, rapporte Europe 1. « Une machine à laver peut arrêter de fonctionner car une chaussette de bébé s’est coincée dans la machine et pourtant c’est assez simple, souvent, de la récupérer », souligne Olivia Stauffer, directrice de la communication des magasins Envie. Antoine Lavoisier disait donc vrai : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».

CIM Internet