Paris Match Belgique

Bruck Dawit, celui avec qui France Gall avait retrouvé l’amour après Michel Berger

France Gall dans son appartement parisien | © Belga / PHOTOPQR/LE PARISIEN

People et royauté

Eté 1992. Michel Berger décède d’un infarctus sur un terrain de tennis. Si la France pleure alors une de ses idoles, sa famille est dévastée. Ses enfants, Pauline et Raphaël, et son épouse, France Gall, perdent le pilier de la famille. 

C’est le temps du deuil. Il faut se reconstruire, apprendre à vivre sans l’être aimé. La chanteuse dit de Michel dans les colonnes de Paris Match, bien des années après sa disparition, qu’il est l’homme d’une vie, heureuse d’avoir pu le connaître toutes ces années : «Quelle chance j’ai eue de le rencontrer…»

Lire aussi > De Julien Clerc à Lara Fabian, les adieux des stars à leur « poupée de cire »

Trois ans plus tard, France rencontre un autre homme, Bruck Dawit. Né en Ethiopie, il est ingénieur du son et est considéré pour beaucoup comme une référence dans le métier aux Etats-Unis. Il faut dire qu’il a travaillé avec les plus grands : de Michael Jackson à Prince, en passant par les Rolling Stones et Bruce Springsteen. En 1996, ils collaborent sur le dernier album de la chanteuse, intitulé «France», avant de traverser ensemble l’indicible.

Le destin frappe

Car un an plus tard, France doit affronter la mort de sa fille, Pauline, atteinte depuis plusieurs années de la mucoviscidose. Bruce est à ses côtés pour la soutenir dans la tempête et pour l’aider avec son fils, Raphaël. Commence alors une longue période dans l’ombre. France s’éloigne de la lumière et se réfugie dans les bras de son dernier amour. Jusqu’en 2015, elle ne réapparaitra plus à la télévision, se fera très discrète et s’occupera surtout de son fils. Elle ne reviendra vraiment que pour créer le spectacle musical «Résiste», basé sur les plus grands tubes de Michel Berger. Encore une fois, Bruck est là pour l’aider. Et surtout, le spectacle est un succès. Puis le destin frappe. Une dernière fois. France tombe malade et est hospitalisée en décembre pour une sévère infection à l’hôpital américain de Neuilly. Son cancer est en train de remporter la bataille… Alors jusqu’au bout, avec Raphaël, Bruck reste au chevet de France pour lui dire au revoir. Et dire adieu à 23 ans d’un bonheur quasi absolu.

CIM Internet