Paris Match Belgique

Ivanka Trump critiquée après avoir réagi au discours d’Oprah Winfrey

ivanka trump

Ivanka Trump, en novembre 2017. | © AFP PHOTO / FREDERIC J,. BROWN

People et royauté

Après le discours d’Oprah Winfrey aux Golden Globes, l’animatrice star a reçu les félicitations de nombreuses personnalités dont Ivanka Trump.

Un tweet à archiver si Oprah Winfrey se présente bien à l’élection présidentielle. Lundi, Ivanka Trump, la fille et conseillère du président américain, a partagé sur Twitter le discours salué de la star de la télévision, récompensée du prix Cecil B. DeMille pour l’ensemble de sa carrière aux Golden Globes, dimanche. « Je viens de voir le discours inspirant et valorisant d’Oprah aux Golden Globes. Unissons-nous, femmes et hommes, et disons #CestFini ! #Unis », a-t-elle écrit.

Mais le soutien d’Ivanka Trump au message d’Oprah Winfrey, qui a déclaré l’arrivée d’une « aube nouvelle » pour les femmes au cours d’une cérémonie marquée par de nombreuses démonstrations de lutte contre les violences sexuelles, n’a pas été du goût de tous. L’actrice Alyssa Milano, très impliquée, a évoqué les accusations de harcèlement et d’agressions sexuels à l’encontre de Donald Trump : « Super ! Vous pouvez faire un don dédaigneux au fonds Time’s Up, qui est mis à la disposition de celles qui accusent votre père pour les soutenir ». Chrissy Teigen, mannequin et épouse du chanteur John Legend qui n’a jamais caché son opposition à Donald Trump, a elle simplement répondu : « Berk dégage ».

Lire aussi > La cérémonie des Golden Globes en 4 temps forts

« C’est la déclaration la plus hypocrite et incapable du temps regrettable qu’elle a passé à la Maison-Blanche. Votre père toute une chaîne de victimes et a soutenu Roy Moore, Ivanka. VOUS faites partie du problème Ivanka », a dénoncé la contributrice du Washington Post Jennifer Rubin, plutôt classée à droite.

Elle a ajouté le mot-clé #complicit, soit « complice », le nom du faux spot publicitaire dans lequel Scarlett Johansson l’incarnait dans l’émission « Saturday Night Live ». « Je ne sais pas ce que ça veut dire, d’être ‘complice’, mais, vous savez, j’espère que le temps montrera que j’ai fait un bon travail et, encore plus important, que l’administration de mon père aura le succès dont je suis sûre qu’elle aura », s’était défendue Ivanka Trump plus tard.

Lire aussi > Ces photos prouvent que Donald Trump a bien rencontré ses accusatrices

Une militante silencieuse

Il faut dire que le discours d’Oprah Winfrey a grandement soutenu ces femmes qui ont pris la parole pour dénoncer des faits qu’elles avaient pu taire depuis parfois des années, par crainte de représailles de la part d’agresseurs puissants. « Depuis trop longtemps, les femmes n’ont pas été entendues ou crues si elles osaient dire la vérité face au pouvoir de ces hommes. Mais ce temps-là est fini », a-t-elle déclaré en parlant « des hommes brutalement puissants » de Hollywood. Des mots forts qui résonnent avec la douzaine de femmes qui a accusé Donald Trump à l’automne 2016, après la diffusion d’une vidéo dans laquelle on l’entend se vanter de pouvoir « attraper les femmes par la chatte » grâce à sa notoriété.

Un sujet sur lequel Ivanka Trump, qui se présente comme une défenseure des droits des femmes, est restée silencieuse. Elle avait d’ailleurs été lourdement critiquée lorsqu’elle avait déclaré qu’il existait « un endroit réservé en enfer pour ceux qui s’attaquent aux enfants », évoquant Roy Moore, candidat républicain soutenu par son père dans l’Alabama et lui-même accusé d’agressions sexuelles sur des jeunes filles parfois âgées de 14 ans au moment des faits. Partisans et opposants à Donald Trump avaient trouvé dans cette déclaration un point commun pour attaquer la fille du président : les premiers assurant qu’elle n’avait pas à se prononcer sur de tels événements, les seconds dénonçant le « deux poids-deux mesures » par rapport aux accusations visant son père.

CIM Internet