Paris Match Belgique

Reese Witherspoon met Hollywood à ses pieds (et personne ne s’en rend compte)

L'actrice est l'une des trois stars de la série Big little lies, primée aux Golden Globes. | © Big little lies

People et royauté

Longtemps vue comme « la blonde à l’écran », Reese Witherspoon n’a pas attendu d’être intronisée pour devenir une grande dame du cinéma.

 

En 2001, Reese Witherspoon enfile les stilettos d’Elle Woods pour un film satirique que personne n’attendait – et pour cause, c’est elle qui le produit, avec l’argent et l’expérience glanés en quelques années de comédie. Et pourtant, La Revanche d’une blonde, sous ses airs de rigolade peroxydée, vise dans le mille et fait un carton. Il y a près de vingt ans maintenant, Reese Witherspoon endossait le costume de celle pour qui on la prend encore régulièrement aujourd’hui : une actrice ingénue, stéréotype parfait d’un cinéma qui demande davantage un physique qu’un jeu ou qu’une ambition.

Et pourtant, 28 ans après ses premiers pas devant la caméra, l’avocate de Legally blonde a influencé le septième art bien plus qu’on ne l’imagine. Publiquement discrète, mais cinématographiquement ultra-impliquée, Reese Witherspoon est plus que l’actrice blonde dont on oublie toujours le nom, aux côtés de Christian Bale dans American Psycho, de Joaquin Phoenix dans Walk the line ou encore de Matthew McConaughey dans Mud. Voici pourquoi.

Elle est une productrice avec du flair

Certes, il faut enfiler des lunettes et s’attaquer au texte ingrat et tout petit, sur les affiches de grands films pour s’en apercevoir : Reese Witherspoon a du talent pour s’associer à des pellicules qui marquent leur temps. C’est ainsi le cas de l’inoubliable Gone girl, mais aussi de Wild, et plus récemment, d’une série primée aux Golden Globes : Big little lies.

Tout récemment, c’est Apple qui est venu la chercher pour ses qualités de productrice. Elle s’investit actuellement dans plusieurs séries, dont l’une dans laquelle elle jouera aux côtés de Jennifer Aniston.

Lire aussi > Treize ans après la fin de « Friends », Jennifer Aniston revient dans une série avec Reese Witherspoon

Elle est engagée pour faire changer l’industrie du cinéma

L’idée des robes noires sur le tapis rouge des Golden Globes, c’était elle. Car c’est bien autour de Reese Witherspoon que, petit à petit, un « collectif » d’actrices et de stars s’est consolidé, pour devenir plus tard le mouvement « Time’s up » pour le cinéma et la télévision. Un engagement salutaire, qui pourrait bien bénéficier à toutes.

WOW!! Together we are SOOO POWERFUL!! 🖤🙌🖤🙌🖤🙌 #Timesup #WhyWeWearBlack #United

Une publication partagée par Reese Witherspoon (@reesewitherspoon) le

Elle est l’une des raisons pour lesquelles Meryl Streep revient à la télévision

Dans une tentative de faire bouger les lignes du petit écran, Reese Witherspoon, accompagnée par Nicole Kidman, a co-produit l’un des succès série de l’année : Big little lies. Le show a été présenté par les deux actrices principales comme un projet porté par des femmes, en plein débat sur la représentation féminine dans le Hollywood post-affaire Weinstein.

Lire aussi > Meryl Streep rejoint l’équipe féministe de « Big Little Lies » pour la saison 2

Il y a quelques jours, elles ont amené au casting de Big little lies une autre grande dame du cinéma : Meryl Streep. Présente dans des productions conçues pour le petit écran qu’à de très rares occasions, elle vient de signer pour un rôle dans la saison 2 de la série.

Elle sait s’entourer

Et ses associations avec plusieurs femmes puissantes, plus que de la crédibilité, lui ont surtout donné de la liberté et une tribune plus large pour s’exprimer, sans pour autant invisibiliser les autres.

Preuve en est avec une récente couverture très glamour de Vanity Fair, dans laquelle elle apparait aux côtés de sa co-star Nicole Kidman, mais aussi d’Oprah Winfrey, Jessica Chastain ou encore Gal Gadot. Si aujourd’hui, la couverture est devenue tristement célèbre pour ses excès de Photoshop, il n’empêche qu’elle a permis de montrer la connivence entre Reese Witherspoon et celle que l’on appelait déjà « Madame la présidente » il y a quelques jours.

CIM Internet