Paris Match Belgique

Super Bowl : Le retour de Justin Timberlake (et des stéréotypes)

Justin Timberlake durant la mi-temps du Super Bowl, le 4 février 2018. | © AFP PHOTO / TIMOTHY A. CLARY

People et royauté

Le grand come-back de Justin Timberlake au Super Bowl nous laisse froid comme sa carrière, avant l’annonce de ce concert spécial. Et si le chanteur était resté bloqué dans les 90’s ?

 

« I’m bringing sexy back », annonçait-il tout de go, quelques minutes après le début de la mi-temps du Super Bowl. Si le retour de la star sur scène était attendu, on ne s’attendait pas à ce que le « sexy » prenne cette forme : un « revival » de la séduction façon années 2000, heureusement sérieusement passé de mode près de 20 ans plus tard.


À croire que Justin Timberlake a vécu coupé du monde ces derniers mois, alors que le monde entier interroge les rapports hommes-femmes tels qu’ils nous ont toujours été présentés. Car lors du show musical qui venait ponctuer la grande finale de la compétition de football américain, le chanteur a servi sur un large plateau d’argent un choix de stéréotypes plutôt impressionnant : danseuses sexy tournoyant autour de la star du jour sans autre grand intérêt que de mettre en valeur ses pas de danse rouillés, attitudes de tombeur et un répertoire plutôt misogyne peu mis à jour pour l’occasion.

Lire aussi > Les célébrités ont envahi les publicités du Super Bowl 2018

On en attendait franchement plus de Justin Timberlake, d’autant après plusieurs années de performances impressionnantes réalisées par des femmes – Lady Gaga l’année dernière -, en célébration d’un sport jugé particulièrement macho aux États-Unis.

©AFP PHOTO / ANGELA WEISS

Millimétré, mais froid

Devant une marée de téléphone, l’ex-leader des NSYNC, a offert un medley particulièrement complet de son passé musical, qui n’a dès lors pas assouvi notre curiosité, après l’annonce d’un nouvel album à venir. Il n’empêche que les images de ce concert ont donné à voir un public particulièrement déchainé, malgré un show visuellement peu interpellant, en regard des prestations passées.

Le spectacle en est enfin devenu un quand le concert a renoué avec l’esprit du Super Bowl et que Justin Timberlake a touché la pelouse du stade, accompagné d’une fanfare impressionnante. C’est aussi le moment où il s’est réellement mis à chanter, après avoir enchainé les onomatopées peu convaincantes.

©AFP PHOTO / ANGELA WEISS – Justin Timberlake en plein duo avec la projection de Prince.

Après un hommage à Prince peu émouvant, malgré les moyens mis en place – un véritable duo virtuel -, le chorégraphe du Super Bowl s’est déchainé sur le morceau « Mirrors », avec un véritable champ de miroirs mobiles qui crépitait comme des flashs de photographes.

Et Janet dans tout ça ?

Avec cette performance globalement décevante, Justin Timberlake n’aura pas réussi à faire oublier son passage controversé au Super Bowl de 2004 avec Janet Jackson, qui coïncide avec la naissance du « nippelgate ». Un épisode désagréable pour la chanteuse, qui est revenu sur le tapis récemment, avec l’annonce du concert de Justin Timberlake.

Lire aussi > Super Bowl : Pourquoi le football américain n’aura jamais son heure de gloire à la télévision belge

Ce 4 février fleurissaient d’ailleurs sur la toile les hashtags #JanetJacksonAppreciationDay. Car à la suite de la prestation où le chanteur avait dévoilé un sein de Janet Jackson, bien que les deux artistes se soient excusés, c’est bien la sœur de Michael Jackson qui avair dû en supporter toutes les conséquences : après le Super Bowl, la chanteuse avait perdu tous ses contrats publicitaires, tandis que l’Amérique puritaine s’indignait qu’elle ait pu laisser Justin Timberlake dévoiler son anatomie à une heure de grande écoute – et vision.

Alors que la carrière de Janet plongeait définitivement, celle de Justin se voyait la même année récompensée par un Grammy Award. Et si plutôt que Prince, le chanteur avait rendu hommage à sa co-star oubliée ?

CIM Internet