Paris Match Belgique

Kate Upton raconte son agression sexuelle par le fondateur de Guess

kate upton

Après le monde du cinéma, c'est celui de la mode qui tremble. | © DPA

People et royauté

Dans un entretien au magazine Time, la mannequin Kate Upton a donné plus de précisions à propos de ses accusations de harcèlement et de comportement sexuellement abusif contre le co-fondateur de la marque Guess Paul Marciano.

Après les photographes Terry Richardson et Mario Testino, c’est au tour d’une autre figure de la mode d’être accusé de harcèlement sexuel : Paul Marciano, co-fondateur de la marque Guess. Fin janvier, le top-model Kate Upton avait simplement pointé du doigt le sexagénaire sur les réseaux sociaux, sans donner plus de précisions. « Il est décevant qu’une marque pour femmes si prestigieuse comme Guess donne toujours autant de pouvoir à Paul Marciano en tant que directeur artistique », écrivait-elle sur Twitter en ajoutant le hashtag #MeToo laissant supposer qu’elle était une victime du co-fondateur.

Lire aussi > « J’ai tout vu » : Sharon Stone se confie sur le harcèlement sexuel

« Il m’a attrapé les seins de force »

Dans un entretien au magazine Time, Kate Upton affirme qu’après sa première journée de photos avec Guess le 25 juillet 2010, celui qui a fondé en 1981 les jeans Guess avec ses trois frères avait demandé à la voir et lui avait attrapé les seins « de force ». Quand elle l’a repoussé, il s’est justifié : « Je veux voir s’ils sont vrais », raconte-t-elle. Malgré ses efforts pour éviter tout contact physique, « il a continué à me toucher de façon dominatrice et agressive, attrapant mes cuisses, mes bras pour me tirer vers lui, mon cou, ma poitrine, à me sentir », détaille la mannequin de 25 ans. « À un moment, il a attrapé de force l’arrière de ma tête pour que je ne puisse plus bouger et a commencé à embrasser mon visage et mon cou » jusqu’à ce qu’elle parvienne à se dégager, poursuit-elle, disant avoir été choquée et effrayée.

Lire aussi > Le Parlement britannique a un grave problème de harcèlement sexuel

Celle qui vient d’épouser la star de baseball Justin Verlander dit qu’avant une autre séance de photos, il l’avait harcelée de coups de fil pour monter dans sa chambre d’hôtel et qu’elle avait refusé, « terrifiée ». Le lendemain, « j’ai appris que j’étais renvoyée de la séance photo ». « Quelqu’un avait appelé mon agence en disant que j’étais devenue grosse (…). J’étais dévastée ». Lorsqu’elle a de nouveau été sélectionnée pour des campagnes publicitaires Guess, elle n’a pas osé couper court aux SMS de Paul Marciano de plus en plus pressants, de peur d’être à nouveau renvoyée. Toute cette expérience a « miné ma confiance en moi. Je voulais quitter le mannequinat. Je m’en voulais », insiste encore Kate Upton.

Paul Marciano dément

Après sa publication sur Twitter, l’homme d’affaires franco-américain, né au Maroc, a déclaré à Time que ces accusations étaient « absolument fausses » et « absurdes » et qu’il ne l’avait « jamais touchée de façon inadéquate ». Auprès du site TMZ, cité par Paris Match, il avait encouragé Kate Upton à porter plainte : « Si elle a des accusations à faire, il n’existe qu’un seul endroit pour dire la vérité, c’est devant un tribunal ou à la police ». Selon lui, la mannequin aurait tenu ces propos suite à la rupture de son contrat avec Guess, à cause de sa mauvaise hygiène de vie. Pour le moment, les porte-paroles de la marque n’ont pas répondu aux sollicitations de l’AFP.

(Avec Belga)

CIM Internet